Patti Smith aux Nuits de Fourvière

Pour fêter le quarantième anniversaire de sa sortie, la musicienne et poétesse new-yorkaise reprend sur scène l’intégralité de Horses : un premier album qui n’a jamais pris une ride et continue de faire des vagues sur la scène rock.

10 novembre 1975. On fête le 84e anniversaire de la mort d’Arthur Rimbaud, et la sortie du premier album de la New-Yorkaise Patti Smith, l’une de ses plus ferventes lectrices. Laquelle, à sa façon, signe ses propres Illuminations en mode poésie électrique. Horses, donc : une brèche dans l’espace-temps, par laquelle cette cinglante passeuse de mots, de sons et de sensations s’ouvre un passage entre la Beat Generation et la scène punk à venir, la soif de beauté et le goût de la fureur, l’arrogance originelle du rock’n’roll et la classe intemporelle des grands vivants. Quarante ans ont passé, et Patti Smith brûle toujours, brûle encore de ce feu-là, comme le public de Fourvière a pu le constater lors de ses prestations aux Nuits. Et si elle vient rejouer l’intégralité de Horses, on sait déjà qu’elle ne laissera pas de place à la routine. Deux des musiciens présents sur l’album, le guitariste Lenny Kaye et le batteur Jay Dee Daugherty, seront de l’aventure. Il y aura aussi Tony Shanahan, le bassiste qui l’accompagne depuis vingt ans sur scène et le guitariste Jack Petruzzeli. Avec eux, autour d’elle, on sait qu’il y aura de la fièvre, de la rudesse amoureuse, de la grâce revêche, comme au premier jour. Tous les ingrédients de ce qui, selon les mots de Patti elle-même, constituera une “vraie, fière et joyeuse célébration”.

Autres suggestions de sorties