Trio swing manouche – Jazz à Vienne

LCG, c’est un projet autour du jazz, du swing manouche que Philip Catherine vient de rejoindre en succédant à Biréli Lagrène.

 

Richard Galliano s’est comme “classifié” depuis quelques années. Accordéoniste concertiste par excellence, il est désormais le seul à avoir le privilège d’enregistrer pour le label Deutsche Grammophon. En 2010, il enregistre un album consacré à la Musique de Jean-Sébastien Bach. Pour son album Vivaldi de 2013, le Cannois retrouve un quintette à corde.
Après une première Victoire de la Musique en 97 (New York Tango) et une seconde l’année suivante avec Michel Portal (Blow Up), ce grand improvisateur, émule d’Astor Piazzolla, compositeur et jazzman au sommet de son art vient de recevoir le prix de Composition aux Victoires de la Musique Classique 2014. Un jazzman au palmarès du classique : ce n’est pas Didier Lockwood qui s’en étonnera. Issu lui-même d’un cursus purement classique, le jeune natif de la Côte d’Opale branche dès le début des années 70 son violon orthodoxe sur 220 volts. Il est alors l’un des premiers (avec Jean-Luc Ponty) à donner une nouvelle dimension électrique au violon. Un pied dans la modernité, donc, et l’autre dans la tradition et le swing, Lockwood devient ensuite comme le fils spirituel de Stéphane Grappelli (dès 77). Elégance, subtilité technique, finesse et swing naturel : ce sont souvent ces mêmes mots qui caractérisaient Grappelli et qui reviennent aujourd’hui à propos de Didier Lockwood comme de l’immense guitariste anglo-belge Philip Catherine (Charles Mingus, Chet Baker, Stéphane Grappelli, Dexter Gordon, Larry Coryell, Tom Harrell, NHOP), l’un des derniers romantiques du jazz. Tous deux ont admiré puis côtoyé le virtuose d’Aubergenville, le complice de Django.

Autres suggestions de sorties