Cadeaux de Noël made in Lyon

Faciles, originaux et immédiatement disponibles, ce sont les cadeaux lyonnais auxquels vous n’aviez peut-être pas pensé…

 

 

Pour les révoltés

« Si l’on prenait autant de précautions pour détruire la concurrence qu’on paraît en prendre pour se préserver du choléra, la misère ne serait pas si contagieuse. » Libraire et férue d’histoire des mouvements ouvriers, Raphaële Perret s’est plongée dans les archives de l’Écho de la Fabrique, l’organe des canuts dès 1831 et premier journal ouvrier pérenne de France. Elle en a ressorti le meilleur des « Coups de navette », petites phrases incisives qui tirent à boulets rouges sur les négociants en soierie. Epidémie de choléra de 1832, révoltes des canuts ou négociation des tarifs : en croisant une sélection des meilleures remarques et en les replaçant dans le contexte de l’époque, Raphaële Perret fait ici revivre l’esprit du XIXe siècle lyonnais. Un coup de projecteur inédit et croustillant sur la culture et la détermination des canuts, fer de lance de l’Europe ouvrière pendant près d’un siècle.

Les ouvriers ne seront plus des orangs-outans, par Raphaële Perret. Edition CNT-RP, 2015, 10€.

 

 

Pour ceux qui aiment se faire peur

Peu de figures littéraires ont à ce point dépassé les frontières de leur roman pour conquérir le monde réel. Inventé par la britannique Mary Shelley sur les rives du lac Léman dans une Europe ravagée, au lendemain de l’exil de Napoléon à Sainte-Hélène, Frankenstein est devenu un mythe moderne. Ancien directeur des humanités à l’Insa de Lyon, Michel Faucheux signe une épaisse biographie qui se lit d’une traite, parcourant avec gourmandise la genèse et la postérité du monstre. Une plongée dans cette « année sans été »de 1816, provoquée par des éruptions volcaniques en chaîne dans le monde entier, où la jeune Mary Shelley, son époux et le sulfureux Lord Byron inventent des histoires d’horreur. Frankenstein ou le Prométhée moderne sortira deux plus tard, avec la postérité  qu’on lui connaît. Un ouvrage passionnant, léger et très bien documenté, qui réussit à nous emporter comme un roman.

Frankenstein, une biographie, de Michel Faucheux. L’Archipel, 2015, 19€.

 

 

Pour les amateurs de musique métissée

C’est sous la forme originale d’un livre image que le groupe Antiquarks vient de sortir son  nouvel album Kô(« corps » en créole). Pensé comme « un antidote pour oser vivre la vie autrement », ce projet original mené par six instrumentistes raconte en musique et en images des voyages étranges du Maghreb à l’Allemagne. Le résultat : un très joli livre que l’on pourrait presque prendre pour un bel album illustré pour enfants, qui devient un support de rêverie une fois le disque lancé. Àl’heure de la musique dématérialisée, les Lyonnais d’Antiquarks livrent un projet délicat et très roots, gentiment à contre-courant. Inclassable mais très accessible.

, de Antiquarks. Livre-CD. 2015, 20€.

 

 

Pour les cinéphiles

Indispensable, le très beau DVD des films Lumière restaurés commentés par l’inénarrable duo Bertrand Tavernier et Thierry Frémaux. Ou comment s’apercevoir que documentaire, fiction, comédie, reportage, trucage ou 3D, tous les genres cinématographiques étaient déjà contenus dans l’œil des frères Lumière. Tout aussi passionnant, le coffret chez Wild Side des films inédits de jeunesse signés Kurosawa programmés lors du dernier festival Lumière. Des merveilles de sensibilité, d’amour des femmes et de la nature (à l’exception du film de propagande Le Plus dignement), donnant à voir une autre facette du maître ainsi que toutes les contradictions et les aspirations d’après-guerre avec un sens du cadre et du noir et blanc déjà impressionnant, dont le plus beau, Je ne regrette rien de ma jeunesse.

Akira Kurosawa – Les films de jeunesse, 2 coffrets BluRay.

Un merveilleux dimanche+ Le plus dignement.

Je ne regrette rien de ma jeunesse+ Qui marche sur la queue du tigre.

 

Lumière ! DVD et Blu-Ray. Collection Institut Lumière. 19,99 € et 24,99 €. Disponible sur www.institut-lumière.org

Deux soirées exceptionnelles de films Lumière commentés par Thierry Frémaux.Jeudi 10décembre à18h30 et 21h au Hangar du Premier-Film. De8 à 10 €. www.institut-lumière.org

 

 

Dossier réalisé par Nathalie Duran et par Luc Hernandez.

Vous pouvez encore y aller