« Silence » de Hessie : Une œuvre ne tenant qu’à un fil

Sobriété, pudeur, discrétion… Telles sont les impressions que l’on ressent immédiatement en découvrant les œuvres brodées de Hessie. Celles-ci exigent même du spectateur qu’il se rapproche assez près pour les découvrir, dans une sorte de dialogue intime. Sur des pans de coton tissé de différents formats, on perçoit alors, par exemple, des constellations de points jaunes, une danse de bâtonnets allant en tous sens, ou encore, symbole ô combien moderniste et particulièrement malmené ici, des grilles dont la régularité, soudain, se brise ou se délite. La fragilité du geste et du travail humain demeure toujours apparente, mise en tension avec des motifs répétitifs et d’aspect souvent géométrique. Hessie (née en 1936 aux Caraïbes, installée en France depuis 1962) se réclame d’un « art de la survie », d’une survivance des formes au-delà de la précarité des moyens qu’elle emploie, de l’évanescence de leur être au monde, de la dérision de l’existence… Son œuvre, méconnue et même oubliée à la fin du XXe siècle, est aujourd’hui redécouverte et la BF15 présente une vingtaine des créations de Hessie datant des années 1970 et 1980. On y verra aussi un autre aspect de son travail, centré davantage sur l’évocation de l’écriture à travers des alphabets brodés imaginaires. Les signes ici courent sur le coton comme ceux d’Henri Michaux sur le papier, et se ressourcent et se revivifient dans la plasticité des formes et des choses concrètes. 

 

 

Hessie, « Silence » Jusqu’au 28 mai
BF15, 11 quai de la Pêcherie, Lyon 1er.
labf15.org

Entrée libre du mercredi au samedi de 14 h à 19 h (fermeture exceptionnelle les 5, 6 et 7 mai).

Vous pouvez encore y aller