La Tour passagère : portrait d’un drôle de lieu

PDG d’une assurance maladie pour animaux, le jour, Jérôme Salord s’est payé son rêve de théâtre le soir : la Tour Passagère, réplique du Globe de Shakespeare qui accueille pièce et musiques baroques en pleine Confluence.

 

Entreprenant

 

Il reçoit dans son petit éden personnel, le square Delfosse où se dresse depuis le début du mois de juin une drôle de tour, sorte de théâtre du Globe construit par « des fous en Suisse ». Trois étages et une scène centrale, une construction en poutres massives : il ne se voyait pas organiser son festival dans un cadre moins majestueux. Il est fier de cette Tour passagère, dont la présence à Lyon a été rendue possible grâce à ses fonds propres et des partenaires privés. En effet, bien que la ville lui ait octroyé deux semaines d’affichage publicitaire Decaux, c’est lui « qui finit par équilibrer les choses ».

 

Avignon, le voilà !

 

« Le festival prend tout mon argent et tout mon temps  » déclare-t-il sans une once de regret. On sent qu’il se fait plaisir. D’ailleurs, il « n’a aucun collaborateur pour la programmation  ». Tous les ans, il passe quatre jours au festival d’Avignon pour y dénicher des spectacles, mais uniquement dans le off. « La programmation officielle ne m’intéresse pas, ça n’a pas de sens », explique celui qui n’a sans doute pas non plus des moyens illimités. Il ne suffit pas d’être le PDG de SantéVet, une compagnie lyonnaise d’assurance maladie pour animaux de compagnie au chiffre d’affaire de 9 millions d’euros pour se payer Olivier Py…

 

A bas les sandwiches, manger local et sain !

 

« Je suis a la sortie des spectacles tous les soirs  » insiste-t-il en agitant sa main bandée. Il s’est entaillé le pouce en tranchant du jambon. En effet, il n’hésite pas à mettre la main à la pâte et aide à préparer les salades qui sont servies aux spectateurs. « Il n’y a pas du tout de sandwich, c’est dégueulasse et j’ai horreur de ça  » ! Voilà un homme de principe. Très branché local donc, il préfère programmer des artistes du coin et servir de la Grihète, une bière artisanale du sud-est de Montélimar. Optimiste, « il souhaite que la Tour passagère devienne un événement lyonnais ». C’est déjà  presque fait.

 

Encore Shakespeare

 

La haute structure en bois est arrivée de Suisse en péniche et se dresse désormais dans le quartier de Confluence. Hommage au théâtre du Globe de William Shakespeare, elle se présente de la même manière, avec une scène centrale entourée de gradins sur plusieurs niveaux. Durant le mois de juin, des artistes de tous les horizons se produisent dans ce lieu atypique. Le théâtre élisabéthain sera à l’honneur, d’autant plus que 2016 est l’année du 400ème anniversaire de la mort du « barde de Stratford ». Dimanche, la compagnie du Chariot de Thespis interprétera Comme il vous plaira, en conditions d’époque.

 

La Tour passagère. Jusqu’au samedi 2 juillet au Square Delfosse, Lyon 2e. De 8€ à 22€ par spectacle. latourpassagere.com

Vous pouvez encore y aller