Genius de Michael Grandage : feuilles vollantes

Genius raconte l’histoire de la rencontre entre Maxwell Perkins, l’éditeur d’Ernest Hemingway, et un de ses poulains plus méconnu, Thomas Wolfe. Le film commence sur les chapeaux de roues avec une discussion mouvementée entre les deux hommes dans les bureaux new-yorkais des éditions Scribner. Cela a le mérite de poser dès le départ les bases d’une amitié que le réalisateur Michael Grandage explore sans fausse pudeur. Colin Firth a l’air parfaitement à sa place sous le chapeau de Max- well Perkins et réussit à saisir cette propension à peine coupable au don de soi dont l’éditeur faisait preuve. Couple infernal De son côté, Jude Law s’est visiblement fait plaisir à débiter les tirades lyriques d’un auteur débridé. Le couple marche à merveille, si bien que d’autres personnages restent trop en retrait. On aurait bien aimé plus de présence de Dominic West, qui campe Hemingway lors d’une scène courte, mais mémorable, où le marlin du Vieil Homme et la Mer fait une apparition marquante. Le film pâtit d’ellipses brutales et de montages hâtés, mais non moins nécessaires pour faire tenir quinze ans d’amitié tumultueuse en un long-métrage. Heureusement, on peut compter sur le flegme de Colin Firth pour équilibrer une production qui aurait pu être emportée par l’exubérance de Jude Law.

 

Genius de Michael Grandage (GB-EU, 1 h 44), avec Colin Firth, Jude Law, Nicole Kidman, Laura Linneyn, Vanessa Kirby, Guy Pearce, Dominic West…

Autres suggestions de sorties