Nocturama, Bonello entre chien et loup

Après avoir fait exploser une série de bombes qui plongent Paris dans le chaos, une bande de jeunes gens aux origines et profils différents se réfugie pour la nuit dans un grand magasin de la capitale… Bertrand Bonello est l’un des rares stylistes du cinéma français et avec Nocturama, ce cinéaste d’atmosphère plutôt que de narration se frotte à une actualité brûlante. Ici point de djihadistes, mais des jeunes aux contours flous, vaguement altermondialistes, dont Bonello veut préserver la part de mystère. Il les filme comme des fantômes en sursis, errant dans des rayons rendus au silence de la nuit. Ce petit précis de désincarnation marque les limites du film, qui ne parvient pas à créer le moindre intérêt pour ses personnages, ni à articuler son parti pris abstrait avec l’exigence de réalisme qu’un tel sujet finit par imposer. Reste le rythme hypnotique, et assez fascinant, d’un récit ambitieux mais bancal.

 

Nocturama de Bertrand Bonello (Fr, 2h10) avec Finnegan Oldfield, Vincent Rottiers, Hamza Meziani…

Autres suggestions de sorties