Plus glam que rock !

Faute de pouvoir réserver, il faut souvent patienter une bonne demi-heure avant d’avoir une table. Une bonne occasion de tester le bar. Coup d’oeil sur la carte des boissons : cocktails, mojitos et autres mélanges colorés sans alcool occupent les premières places, sans oublier, bien sûr, les bières. La liste des cocktails est alléchante. On a d’abord testé les sans alcool, idéal pour les rock stars en désintox. Les mojitos sont plus qu’honorables, et les prix restent dans la
moyenne.

 

Rock is not dead ?

 

Pendant qu’on se désaltère le gosier, des groupes de rock légendaires se succèdent dans les hauts parleurs et sur les écrans. Rolling Stones, Queen et AC/DC alternent avec des tubes pop actuels ayant délaissé les grosses guitares. Ce qui donne parfois de curieux mélanges.

 

Niveau déco, malgré les reliques rock sous verre allant d’un costume du King Elvis Presley au futal de Mick Jagger, ça reste classe et consensuel, un peu à l’image de l’abondante clientèle qui fréquente les lieux. On y croise tous les âges, des ados aux retraités dynamiques, avec un style branché et policé. Pas l’ombre d’une épaulette en cuir ou de tignasses hirsutes à l’horizon.
Bref, il semble manquer comme un petit supplément d’âme. Une impression confirmée lorsque les quelques verres descendus nous conduisent naturellement vers les toilettes. Carrelage jusqu’à mi hauteur et murs désespérément blancs, la direction semble ne pas s’être préoccupée de ce lieu, pourtant l’âme des vrais bars de rock. On est loin des relents d’urine et des murs tapissés de vieilles affich est de graffitis des autres bars lyonnais amateurs de riffs de guitare.

 

Caroline Sicard

 

Cocktails : de 7,50 à 10,50 euros.
Pinte de bière : 7 euros.

 

Prochains concerts :
The Amsterdam Red Light District le 24 novembre
Men in groove le 25 novembre
Nicolas Brun le 28 novembre

Vous pouvez encore y aller