« L.A. », du mythe à la réa­li­té

Après la Chine, l’Inde, le Bré­sil et l’Asie du sud-est, le musée d’art Contem­po­rain nous emmène à Los Angeles y décou­vrir sa scène artis­tique contem­po­raine. « L. A. », et la Cali­for­nie en géné­ral, c’est, dans l’es­prit de beau­coup, Holly­wood et le glamour, les hippies, les Beach Boys et le surf, la Sili­con Valley… Bref, une véri­table boîte à fantasmes où l’on ne sait plus trop ce qui relève de la fiction et ce qui relève de la réa­li­té. En partant du mythe, l’ex­po­si­tion du MAC réu­nit trente-quatre artistes qui parfois le renforcent, parfois le décons­truisent et dévoilent alors la face cachée de Los Angeles : les émeutes, le racisme, la pauvre­té, l’ur­ba­nisme outran­cier… « L’ex­po­si­tion a choisi d’ex­plo­rer l’uni­vers laby­rin­thique de la ville, sa complexi­té qui englobe aussi bien l’in­dus­trie du diver­tis­se­ment que les ques­tions de classes sociales, de compor­te­ments, les atti­tudes psycho­lo­giques révé­lant des visions symbo­liques et fantas­ma­go­riques, l’ar­ti­fi­cia­li­té d’Hol­ly­wood, les récits autour des mytho­lo­gies de Los Angeles. Cette ville à bien des titres est un labo­ra­toire expé­ri­men­tal des compor­te­ments et des modes de vie : le genre, les récits person­nels, les commu­nau­tés se mêlent. On découvre le racisme, les maisons aban­don­nées, le vanda­lis­me… », résume Thierry Raspail, direc­teur du MAC.

 

À voir et à lire Concrè­te­ment, l’ac­cro­chage entre­croi­sera des gures histo­riques de l’art contem­po­rain cali­for­nien (Ed Ruscha, John Baldes­sari, David Hock­ney, Larry Bell, Robert Irwin…), et des artistes émer­gents (Ryan Trecar­tin, Lizzie Fitch, Alex Israel…). Ce sera l’oc­ca­sion rare, pour le spec­ta­teur, de décou­vrir un univers beau­coup moins connu que celui de la Côte Est et de New York. L’ex­po­si­tion sera doublée, aussi, d’un impor­tant volet litté­raire avec la publi­ca­tion paral­lèle d’un livre antho­lo­gie, réu­nis­sant des images et des extraits d’ou­vrages des grands auteurs de Los Angeles (Charles Bukowski, Breat Eston Ellis, James Ellroy, John Fante, Thomas Pynchon…). Ces extraits montés à la manière d’un lm évoque­ront la grande diver­si­té des sujets inspi­rés par la méga­lo­pole.

 

AGENDA

Los Angeles, une fiction

Du 8 mars au 9 juillet au Musée d’art contem­po­rain, Cité Inter­na­tio­nale, Lyon 6e.

Du mercredi au dimanche de 11 h à 18h. De 4 à 8€.

Vous pouvez encore y aller