Jours de France : nous deux !

Pierre quitte subrep­ti­ce­ment l’homme qu’il aime une nuit en voiture pour se lancer dans un tour de France impro­bable. Il écoute de la musique baroque au volant. Nous sommes bien dans un film français, disciple de Jean-Claude Guiguet (Jean-Chris­tophe Bouvet, déjà dans Les Passa­gers, assure le passage de relais), sorte de road movie à la Guirau­die avec la précio­sité langa­gière d’un Eugène Green. Bref, tout un cinéma post-rhomé­rien, trop souvent chichi­teux et terri­ble­ment daté. Pour­tant, ce premier film qui ressemble furieu­se­ment à un remake du Drôle de Félix de Ducas­tel et Marti­neau à l’heure de Grindr, ne manque ni de chien ni de charme. D’abord parce que Pascal Cervo incarne à merveille ce héros français très discret capable de se révé­ler dans une drôle de combi­nai­son érotique avec un VRP avide d’es­sayer son Alfa Roméo de nuit pour se désen­nuyer à l’hô­tel. Ensuite parce que ce pur film de snob pétri d’hu­mour aris­to­cra­tique garde quand même un certain sens de l’au­to­dé­ri­sion et de l’ob­ser­va­tion sociale, comme une carte du Tendre moderne, quand il ne se croit pas obligé de se regar­der filmer (le pano­ra­mique inter­mi­nable autour de la maison de retraite). Ce n’est certai­ne­ment le produit sures­timé que ne manquera pas de vanter la presse pari­sienne, mais un très joli plai­sir coupable pour public ciné­phile averti.

 

Jours de France de Jérôme Reybaud (Fr, 2h21) avec Pascal Cervo, Bertrand Nadler, Fabienne Babe, Natha­lie Richard, Jean-Chris­tophe Bouvet, Arthur Igual, Mathieu Chevé… Sortie le 15 mars.

 

Vous pouvez encore y aller