Alain Chamfort, ex-fan des eighties

« Has been superbe  » revendiqué, petit frère de Gainsbourg, Alain Chamfort n’a rien perdu de sa classe ni de son inspiration mélodique. Le revoilà enfin en tournée.

 

Après avoir accompagné Dutronc ou Cloclo, c’est avec Gainsbourg qu’Alain Chamfort va vraiment décoller, avec des tubes comme Baby Lou, Géant, Paradis et surtout Manureva et ses synthétiseurs double couche qui posera à lui tout seul dès 1979 toute l’esthétique des années 80 à la française. En 1981, avec son Chasseur d’ivoire pour fuir « les filles féroces » et sera un des rares à défier Gainsbourg sur son terrain de prédilection : l’ironie amoureuse et la mélancolie amusée. Le refrain est une des plus belles modulations de la chanson française. À sa demande, Helena Noguerra en signera une très belle version acoustique sur un de ses albums live. La rencontre avec son nouveau parolier Jacques Duvall va achever d’en faire un petit frère de Gainsbourg. L’autodérision et la lucidité sur les liaisons sensuelles et sans suite en font un nouvel homme, gentleman d’un autre temps qui cisèle ses amoureuses pensées. Le physique de jeune premier se mue peu à peu en physique de vieux beau à qui on ne la fait pas, revendiquant déjà à l’époque un côté « démodé » dont il ne se départira plus.

 

Souris puisque c’est grave

 

Il faudra attendre le bien-nommé « 9 » au début des années 90 pour qu’il installe son style de gentleman d’un autre âge, débitant nous sans humour vache des balades désabusées sur ses foirages amoureux. Commence alors le sport d’endurance dont il va se faire une spécialité : la balade ironique. « Qu’est-ce que tu as fait de mes idées noires ? » irradie « Personne n’et parfait », peut-être son plus bel album. Avec son filet de voix de Jane Birkin au masculin, il signe ensuite en piano-voix une des plus belles versions « Maladie d’amour » sur un disque acoustique. Après « Le Plaisir », album joliment coquin, il est viré de sa maison de disque pour bide commercial. Il persiste dans l’autodérision avec un clip où il joue les SDF dans le métro. Le revoici à son meilleur et de retour chez Pias cette fois, pour une tournée avec son pianiste fétiche. Classieux, très drôle en concert entre deux chansons, il reste le seul héritier de Gainsbourg à sa hauteur.

 

Alain Chamfort. Jeudi 16 mars à 20h30 au Radiant-Bellevue à Caluire. 50 €. www.radiant-bellevue.fr

 

Vous pouvez encore y aller