Vianney à la Bourse du travail

La variété est un art et Vianney ce qui est arrivé de mieux à la chanson française depuis longtemps.

 

D’autant qu’il ose prendre tous les risques seul en scène pour sa tournée. On est sous le charme d’un grand musicien.

La légende est connue : Vianney belle gueule s’est fait connaître en 2014 grâce à sa manager qui le persuade de dévoiler ses chan- sons au grand public. Opération réussie : il sort son premier single, Je te déteste qui, en quelques jours seulement, se range dans le classement des 50 chansons les plus diffusées de l’été 2014. Après avoir reçu le prix Talent 2015 des mains de Julien Clerc, il rafle tout, les Victoires et un tube prompt à le moquer Mais t’es où, t’es pas là qui excite les mal pensants. C’était mal connaître ce compositeur-auteur-interprète qui ose se produire seul en scène en prenant tous les risques. Il a la plus belle signature vocale de la chan- son française et a surtout publié un deuxième album à la maturité salutaire, folk dépouillé rehaussé par des arrangements de cordes  quand le cœur lui en dit. Certes, les textes sont encore un peu verts et il ne se cache pas d’un certain épanchement pour le mal-être amoureux. Tout en apostrophe, il a déjà réussi à créer un phrasé qui lui est propre, un peu comme un petit frère acoustique de Stromae. Grande chanson, Le Fils à papa tord le cou à ceux qui voudraient voir en lui un gentil scout un peu trop propre sur lui. Et les influences créoles de Dumbo ou Moi aimer toi rappellent qu’il est bien ce qui est arrivé de mieux à la chanson française populaire depuis Julien Clerc. Total respect.

 
AGENDA
 
Vianney

Vendredi 31 mars à 20h à la Bourse du travail, Lyon 3e.

De 30 à 35 €.

Vous pouvez encore y aller