Lompret du coeur

 

Au café-théâtre, il y a les beaux gosses qui jouent de leur physique le plus souvent en s’armant de fausse modestie, et puis il y a ceux qui ont eu la chance d’être livré avec un cerveau et qui sont bien décidés à s’en servir. Aymeric Lompret est de ceux-là : présence de ouf, voix de stentor, et conscience sociale à la clé, en oubliant les leçons de morale au vestiaire. Comme il est à peu près aussi étouffé que nous par l’ambiance délétère d’entre deux tours, il a décidé de “ne pas parler politique”. Comprenez, pas des jeux des élections pour éditorialistes moralisateurs. Il commence son spectacle à la monsieur Fraize, le grand visionnaire des losers des planches contemporains : en ne sachant pas trop quoi faire sur scène, à part une blague déhanchée entre un “requin” et un “requin pédé”.

 

On vous laisse découvrir la réponse en chansons. 66% de vulgarité pour 33% de grossièreté. Brut de décoffrage, il a oublié d’être poli. ça nous change des produits marketés. En revanche, osant s’attaquer à tout, et pas par quatre chemins (les Juifs, la pédophilie…), il n’a pas oublié sa conscience sociale, en reprenant quelques-uns des meilleurs sketches de son précédent spectacle : “Qu’-est-ce qu’un ouvrier ? Le camarade de classe que tu n’as plus vu depuis le brevet des collèges.”  C’est finement écrit pour réveiller les consciences ( « l’ouvrier, c’est le camarade de classe que vous ne voyez plus après le brevet des collèges »), et sévèrement débraillé pour tout se permettre, même un final anticipé qui tombe totalement à plat.

 

Avec son abattage et ce qu’il a sous le pied, on est prêt à parier que le spectacle doit largement évoluer d’un soir sur l’autre, sans compter les réparties improvisées avec les gens dans la salle. Ce p’tit gars du Nord aussi énervé que sexy est désormais Lyonnais. Nous, on est prêt à l’adopter… et à prendre notre carte de fidélité sur les planches lyonnaises.

 

Aymeric Lompret, jusqu’au samedi 29 avril à 21h à l’espace Gerson, Lyon 5e (sam 19h et 21h). www.espacegerson.com

 

 

Vous pouvez encore y aller