Get Out

 

Petit film à l’échelle hollywoodienne, Get Out a été le hit surprise de ces derniers mois au box-office US. Produit modestement par Universal, le plus canaille des gros studios américains, amoureux du cinéma de genre et de la série B, cette farce horrifique et grinçante n’est pas sans rappeler The Stepford Wives, film culte des années soixante-dix où en pleine révolution féministe, les hommes d’une petite ville « transformaient » leurs femmes par trop modernes en épouses soumises à l’ancienne. Autre temps, autre problématique : dans une Amérique officiellement post-raciale, un jeune étudiant black rend pour la première fois visite

aux parents de sa petite amie blanche, des cadres bobos bien installés dans leur ghetto chic, et démocrates bon teint.

 

Tout ce qui brille…
Mais les apparences vont s’avérer trompeuses, comme il se doit… Le script très futé nous égare d’abord sur une fausse piste à base d’hypnose et de néo-esclavagisme, pour mieux déboucher sur un postulat bien plus délirant, basé non pas sur la classique théorie raciste sur l’infériorité des Noirs, mais sur la fascination qu’ils exercent sur un petit Blanc qui leur prête des qualités hors-normes… Mais ne spoilons pas ! Jordan Peele, humoriste black venu de la chaîne Comedy Central et qui signe ici son premier film, s’amuse beaucoup à renvoyer dos à dos ces stéréotypes en miroir, moquant à coup de punchlines vachardes les clichés raciaux. Avant tout satirique, le film réserve aussi son lot de coups de frayeurs bien sentis. Aussi fun que flippant !

 

Get out
De Jordan Peele (USA, 1h44)

avec Daniel Kaluuya, Allison Williams, Catherine Keener…
>> Sortie le 3 mai <<

Vous pouvez encore y aller