Festival Baroque de Beaune

Le Boy George du baroque

C’est le plus flamboyant des contreténors, déployant une puissance peu commune et cherchant toujours à sortir des sentiers battus. Max Emanuel Cencic vient défendre en live Ottone de Haendel, qu’il vient d’enregistrer chez Decca. 

On les appelle encore abusivement des castrats. Heureusement (pour eux), il n’y en a plus beaucoup… Mais les contreténors, ces voix d’homme haut perchées sont souvent cantonnés à jouer les fluets, à travers des voix d’ange aussi ensorcelantes que désincarnées. De part sa puissance, phénoménale pour une voix de fausset, et son goût pour l’expressionnisme, Max Emanuel Cencic est resté un contreténor à part, un peu l’anti Philippe Jaroussky, même si ces deux artistes se respectent et travaillent régulièrement ensemble. Là où le chanteur français développe des trésors de nuances et de délicatesse, Cencic n’a pas peur d’utiliser sa voix d’ange pour jouer les démons. Puissance et espièglerie, à la religiosité des anges, il préfère le théâtre des passions. En somme, il est un peu la plus belle voix de femme de la gente masculine.

Ottone de Haendel. Orchetstre d’Il Pomo d’Oro dirigé par George Petrou avec Max Emanuel Cencic, Ann Hallenberg, David DQ Lee… Vendredi 7 juillet à 21h au festival baroque de Beaune, cour des Hospices. De 15 à 110 €. www.festivalbeaune.com

La suite dans le magazine EXIT

 

L'événement à ne pas manquer

Vous pouvez encore y aller