On a testé le Groom

Dites adieu au sous-sol moite et pas toujours très net du DV1. Depuis mai, un nouveau venu a pris possession du 6 rue Roger-Violi (Lyon 1er) : Groom. Et tel un employé d’hôtel impeccable en livré et calot, le Groom a des airs de jeune homme sage et propret. Tellement, qu’à l’intérieur ça sent même le produit d’entretien parfum Fraîcheur de cèdre. C’est le premier constat qu’on a tiré en pénétrant dans ce nouveau spot des Pentes, divisé en bar, club et salle de concert. Deuxième constat : c’est beau et lisse comme dans un magazine. Normal, le lieu a été repris par l’équipe de l’Away Hostel, (situé juste au-dessus), et du Slo Living Hostel (Guillotière), deux adresses très « dizaïgn » (comprenez : décoration scandinave). La sobriété des murs noirs et du mobilier est rehaussée par d’habiles jeux de lumière sur les murs. On a particulièrement aimé les sphères lumineuses semblables à des ballons colorés dans la salle du club. Troisième constat, la population qui fréquente le lieu est franche- ment jeune (20 ans), et internationale. Un peu comme si le Groom était une extension de l’Away Hostel. Enfin, dernier constat, et le plus malheureux, avec leur uniforme grand tablier de travail sur petite chemise bleue, les barmans font très propres sur eux. Réflexion d’une de nos connaissances, déçues : « Ils sont pas sexy ! Un barman, c’est là pour nous vendre du rêve non ? » Las, fuyant la salle de bar mal insonorisée, on a descendu les quelques marches menant au club, toujours dans cette odeur de produits d’entretien.
Au fond, le bar à cocktail, tenu par le roi lyonnais de la mixologie Marc Bonneton, et Florian Dubois. On s’est offert un Frozen Miami Vice (rhum, coco, jus d’ananas et fraise) servi dans une petite bouteille en verre qui permet de se déhancher sans en renverser partout. On a donc rejoint la piste de danse où de jeunes imberbes dragouillaient timidement des étrangères. Malgré l’ambiance façon À nous les petites Anglaises, on est resté. Car derrière les platines, le DJ canadien Project Pablo envoyait sa house planante mais aussi des sons soul et funk. Et c’est le point fort du Groom : sa programmation électro, menée par l’association Encore, qui mêle talents lyonnais et pointures internationales. Le 14 juillet, à l’occasion du festival Intérieur Queer, le club accueillera une soirée Kinky France avec dress code en hommage à ce que la culture française « a de plus beau, laid mais aussi extravagant ». De quoi enfin décoincer l’ambiance.
 
Groom
 
Rue Roger-Violi, Lyon 1er.
De 18h à 4h30.
Entrée gratuite avant 1 heure, puis 5€

Vous pouvez encore y aller