Un loup pour l’homme de Brigitte Giraud

Pour son neuvième roman, la Croix-Roussienne Brigitte Giraud revient sur les terres de sa naissance, à Sidi-Bel-Abbès en Algérie, en pleine guerre d’Indépendance.

Antoine pense avoir échappé au pire. Affecté dans un hôpital militaire à Sidi-Bel-Abbès, le jeune homme se croit planqué, à l’abri du front et des assauts des fellaghas qui combattent pour l’indépendance de l’Algérie. Car pour Antoine, le plus important est de revenir en vie, auprès de sa toute jeune femme Lila, qui l’attend en France avec un enfant à venir. Mais la guerre, Antoine la côtoie tous les jours au contact des corps meurtris, stoppés nets en pleine jeunesse. Il se prend alors d’affection pour Oscar, un soldat amputé enfermé dans son mutisme. Alors qu’Antoine s’adapte à peine à sa nouvelle vie et se découvre une vocation, Lila décide de le rejoindre en Algérie.

Écriture de l’intime
Si la première partie d’Un Loup pour l’homme peine à démarrer et pêche par une tendance au sentimentalisme, les phrases courtes et cadencées de Brigitte Giraud finissent par nous happer pour nous raconter le destin de ces garçons qui ne comprennent pas ce qu’ils font si loin de chez eux, plus préoccupés par les filles que par le Général De Gaulle. On a eu du mal à croire à l’amitié spontanée et profonde des deux protagonistes, Oscar restant un pâle fantôme, simple réceptacle cristallisant les sentiments d’Antoine. Mais peu à peu, Brigitte Giraud révèle son talent en croquant les scènes du quotidien militaire, les petits riens qui veulent dire beaucoup, l’attente du pire, l’atmosphère oppressante d’une guerre qui ne dit pas son nom dans un pays tantôt paradis, tantôt enfer. Son écriture intimiste, évitant tout dialogue direct, rend compte de la vie intérieure et de l’ambivalence des sentiments d’Antoine face à une situation qu’il n’a pas choisi. Mal- gré quelques poncifs, Un Loup pour l’homme peint par petite touche le portrait d’une génération, qui ressemble à toutes celles dont le destin a été brisé par la guerre auparavant.

AGENDA
Un Loup pour l’homme
Brigitte Giraud. Flammarion, 19 €. Sortie le 23 août.

On y était aussi