Jérôme Bel fait rire l’Opéra de Lyon

Vous avez dit “classique” ? Pour la création très attendue de Jérôme Bel qui n’a pas manqué de diviser la salle le soir de la première, Yorgos Loukos directeur du Ballet de l’Opéra de Lyon a composé un spectacle contemporain/classique, ou comment réinterpréter les figures classiques à travers trois chorégraphes. Avant Bel, c’est donc la reprise de deux oeuvres signées par des maîtres (Forsythe, Trisha Brown) qui vont feront patienter, voire piaffer d’impatience : parfaitement exécutées, The Second detail de Forsythe et Set and reset de Trisha Brown malgré un beau plateau accumule les conventions d’une certaine danse contemporaine : musique d’ascenseur surgelée, plateau désertique, petits accessoires géométriques et costumes ternes qui ne dérangent pas. Heureusement en seconde partie débarque Jérôme Bel et son minimalisme facétieux avec Posé arabesque, temps lié en arrière, marche, marche (c’est le titre !). Soit un même mouvement classique sur de la vraie musique qui s’arrêtera en cours de route. Une ribambelle de danseurs se succèdent dans une farandole tranquille en répétant le même mouvement. La variation provient des costumes qui composent pour chacun un personnage et une époque différents. On s’amuse du mélange bon enfant entre tutus, froufrous et T-Shirts. On se surprend surtout à regarder l’expression et le corps de chaque danseur pour ce qu’ils ont de singulier, justement parce qu’ils font un même mouvement. C’est simple, c’est drôle, plus politique et plus original qu’il n’y paraît : un beau geste pour dire que la danse est pour tout le monde. Vous pouvez même y aller avec vos enfants, c’est dire. Elle est pas belle, la danse contemporaine qui s’adresse à tout le monde ?

 

 

 

Les résas à ne pas manquer

On y était aussi