Let me change your name

Après avoir fait danser les grands-mères sous les boules à facette, la chorégraphe sud-coréenne Eun-Me Ahn revient à la Maison de la danse pour ce qui s’annonce comme une de ses pièces les plus emblématiques : Let me change your name. Une chorégraphie pour neuf danseuses et danseurs au genre indifférencié par des costumes unisexes et flashy, hymne à la liberté identitaire tout en revendiquant l’appartenance au groupe et à la communauté. Activiste lesbienne et joyeuse, Eun-Me Ahn mélange les traditions chamaniques avec la performance d’un « fashion-show », poussant le mouvement répétitif et parfois hypnotique jusqu’à la transe. Avec cette schizophrénie fertile propre à la culture coréenne, mélange d’humour débridé et de gravité déchirante, de couleurs acidulées et de culture pop avec l’ascèse corporelle la plus rigoureuse. Formée chez Pina Bausch, Eun-me Ahn a de qui tenir, performeuse ne renonçant à aucune extravagance. Après s’être jetée d’une grue, avoir dansé avec un poulet ou s’être attaquée à un piano à coups de hache dans ses précédents shows, elle devrait une nouvelle fois dénoter. Si les conformistes et les bien-pensants peuvent s’abstenir, les autres ne devront pas manquer ce nouveau jalon d’une des plus passionnantes chorégraphes d’aujourd’hui. Quitte à être une nouvelle fois bousculé.

 

L'événement à ne pas manquer

Vous pouvez encore y aller