Timber Timbre ou la sobriété efficace

On pourrait penser que Timber Timbre est le genre de groupe à écouter peinard dans son canapé, par une grise journée d’hiver, une tasse de camomille à la main. Eh bien détrompez-vous. Taylor Kirke et sa bande ont démontré samedi 7 octobre, à l’Epicerie moderne, qu’ils savent aussi envoyer du bois. En live, le groupe twiste ses titres d’un je-ne-sais-quoi, confirmant qu’ils jouent bien dans la catégorie rock, en particulier avec des chansons comme Curtains. Sans oublier les morceaux de leur derniers opus, aux accents 80’s planants, dont Moment et Floating cathedral. Sur scène, les musiciens arrivent à être présents en faisant le minimum, au milieu de jeux de lumière des plus simples. Mais est-il besoin de plus, quand on possède la voix de bluesman de Taylor Kirke ? L’autre star de la soirée, c’était l’invité du groupe, le saxophoniste Chris Curtis, copieusement applaudi lors de ses interventions habitées, en particulier sur Hot Dreams. Bref, Timber Timbre n’est ni un groupe de studio, ni un groupe de scène, il est les deux. C.S

On y était aussi