Les Inconsolés

Un chorégraphe posthume, ce n’est pas banal. C’est ce que crée l’association « pi:es » en reprenant Les Inconsolés, pièce fétiche d’Alain Buffard, disparu en 2013. Un mort bien vivant.

Un pied dans la danse (interprète pour Daniel Larrieu, Philippe Decouflé…), un pied dans l’art contemporain (critique d’art), le chorégraphe Alain Buffard (1960 – 2013) n’a jamais cessé, ensuite, d’entrecroiser ces deux disciplines dans ses créations. Il fut l’une des figures de proue de ce que certains nommèrent malencontreusement la « non danse » où le corps cherchait à transgresser ses propres limites et à découvrir ses possibilités de transformation, plutôt que la simple beauté du mouvement.

Résurrection

Après la disparition d’Alain Buffard, l’association « pi : es » transmet son répertoire et présente aux Subsistances l’une de ses pièces les plus fortes et troublantes, Les Inconsolés (créée à l’origine en 2005). Entre nuit et lumière, réalité et simulacres en ombres chinoises, ce trio restitue par fragments les traumatismes comme les joies de la mémoire individuelle. « Les Inconsolés tentent un aller-retour de l’intime, entre l’endroit violent d’un premier trouble et l’imagerie récurrente de sa reconstitution », écrivait Alain Buffard. Une plongée dans l’inconscient où l’inquiétante étrangeté colore autant des scènes d’agression que celles de plus calmes jeux enfantins.

L.B.

 

L'événement à ne pas manquer

Vous pouvez encore y aller