Take Shelter

L’Institut Lumière repasse Take Shelter, le premier film de Jeff Nichols, portrait au bord de la folie d’un ouvrier du Midwest, ou les débuts d’un cinéaste des grands espaces dans la lignée de Terrence Malick.

Soit le portrait de Curtis, un ouvrier cauchemardant des tempêtes au point de construire un abri pour mettre sa petite famille hors de danger. Pour son premier film, Jeff Nichols a l’intelligence de jouer à la fois sur une peur réaliste (les tempêtes ne sont pas rares dans le Midwest), et une dimension métaphorique (la crise économique). Curtis se sait malade (et même de façon héréditaire), veut se soigner, et voit venir la tempête qui ravagera tout le monde mais que chacun fait semblant de ne pas voir… Au-delà de la métaphore, la beauté de ce Take Shelter réside avant tout dans sa dimension cosmique : effets spéciaux minimalistes à spectacle maximal, et la folie vécue comme un dérèglement intérieur, une pré-science, un lien visionnaire avec la nature. Le danger et la folie s’affrontent ensemble chez Jeff Nichols, et Take Shelter est avant tout un superbe portrait d’une famille modeste et solidaire, vivant le plus normalement du monde avec la surdité de la fille et la folie du père. Jeff Nichols a prolongé ces thèmes depuis dans Midnight Special puis Loving.

Mais l’ambition suprême de Jeff Nichols d’en faire un film apocalyptique pèche un peu. Le film se lance alors dans des explications balourdes. Ce qu’il gagnait haut la main en abstraction et en lyrisme visuel (la sortie du bunker, exceptionnelle), le film le gâche un peu en se créant ses boulets explicatifs, notamment dans les trop nombreuses scènes réalistes censées contextualiser le dérèglement de Curtis. Mais ce premier film, petit frère de l’univers de Terrence Malick (Badlands est le film préféré de Je Nichols), reste la porte d’entrée d’un des cinéastes américains les plus importants d’aujourd’hui.

L.H.

Take Shelter de Jeff Nichols (2011, EU, 2h01) avec Michael Shannon, Jessica Chastain… Du jeudi 4 au samedi 6 janvier à l’Institut Lumière, Lyon 8e. institut-lumiere.org

Vous pouvez encore y aller