Protomartyr (+ Korto)

Heureusement, les gars de Protomartyr sont plus doués pour pondre des petits bijoux post-punk que pour se choisir un nom de groupe. Car hormis le choix contestable du patronyme qui les ferait passer pour un groupe de chevelus, la bande de Détroit a jusque-là tout juste. Une discographie en évolution constante jusqu’à Relatives In Descent, leur quatrième album à la tension sans cesse sous-jacente. Pas de fioriture, peu d’effets « wahou », mais une balade haletante et dissonante dans l’Amérique qui va mal. Celle qui a perdu son boulot.

D’ailleurs, c’est parce qu’ils se sont tous retrouvés au chômage avec pas grand-chose à faire de leurs journées que les quatre ont décidé de monter un groupe. Merci d’avoir eu l’idée, surtout avec Joe Casey au micro. Dégaine de banquier alcoolo avec chemise-costard mal taillés et canette de bière à la main, il tangue plus qu’il ne bouge sur scène. Mais, deux choses : d’abord, le Monsieur reste toujours classe.

Et puis, bon Dieu, quelle voix ! Un mélange percutant de bourbon, de colère, de désabusement et d’ironie. C’est leur première à Lyon et l’auteur de ces lignes s’engage : satisfait ou remboursé.

 

L'événement à ne pas manquer

Autres suggestions de sorties