Jersey Affair

Voilà ce qui s’appelle une perle rare. À première vue, rien de moins qu’une intrigue amoureuse avec, en toile de fond, la fameuse affaire de la « Bête de Jersey » : un redoutable violeur d’enfants qui aura longtemps sévi sur la petite île britannique durant les années 1960. La jeune femme (époustouflante Jessie Buckley) reste tiraillée entre son amour pour un tueur potentiel et l’emprise d’une communauté intolérante. Bien plus tordu qu’il n’en a l’air, ce récit dévoile avant tout un cinéaste aussi à l’aise dans le drame poignant que dans la pure mise en tension. Sa force est de faire plier la certitude sous le poids du doute constant, usant de divers revirements de récit et de la psychologie vacillante de son héroïne pour mieux faire vriller les apparences, et ce jusqu’à un double climax final qui laisse, là encore, l’incertitude gagner du terrain. Et c’est peu dire que le film continue de hanter après coup. Un premier long-métrage impressionnant.

G.G.

Jersey Affair, de Michael Pearce (GB, 1h47) avec Jessie Buckley, Johnny Flynn, Geraldine James…

Autres suggestions de sorties