Cannibale

Cannibale, on en mangerait !

Du rock, de l’érotisme, une scénographie impressionnante, de la vidéo chiadée et deux acteurs investis… Ce n’est pas tous les jours qu’on voit une création comme celle de Cannibale, qu’on avait découvert l’an dernier sur la « petite » scène de l’Élysée à Guillotière. Le collectif X nous avait déjà régalé plusieurs fois, et dans des domaines très différents (Claudel, Sarah Kane), notamment avec déjà l’épatant Arthur Fourcade. Ici, il s’attaque à un texte tout neuf d’Agnès d’Halluin, sur une idée de la metteuse en scène Maud Lefebvre. Un projet de femmes donc, mais pour un spectacle d’hommes : l’histoire de deux amants dont l’un est condamné, quelque part dans la campagne. La pièce aborde aussi bien le désir, le couple, la maladie, la mort
 et le steak (quand il n’est pas qu’animal), avec une santé et un savoir-faire qui laissent pantois. En amant agité et dépassé devant la mort de celui qu’il aime, Martin Sève confère ce qu’il faut d’énergie et d’intensité, loin de tout dolorisme. La seule limite du texte est peut-être l’absence de netteté du propos. Mais les dialogues fonctionnent à plein, le tout dans une atmosphère cinématographique et rustique un peu à la façon de Harry un ami qui vous veut du bien. Une révélation, représentative de la vitalité de la jeune création locale, à porter bien haut et à saluer bien bas.

L.H.

 

Cannibale d’Agnès d’Halluin. Mise en scène de Maud Lefèbvre.

Jusqu’au 4 mai à 20h au théâtre de la Renaissance à Oullins. De 5 à 24 €. theatrelarenaissance.com.

Du mercredi 23 au vendredi 25 mai à 20h à la Comédie de Saint-Etienne, salle La Stéphanoise. De 5 à 22 €. lacomedie.fr.

Autres suggestions de sorties