En guerre : le marchandage de la loi !

Après La Loi du marché, Stéphane Brizé et Vincent Lindon vont encore un cran plus loin, jusqu’à la colère d’un meneur syndical contre la fermeture de son usine. Du cynisme des plans sociaux à l’impuissance publique, le film ne tire pas la moindre réflexion, incapable de construire un enjeu. Pas plus qu’il ne filme la réalité ouvrière dont il se veut le porte-parole. Seul le héros Vincent Lindon a droit a un semblant de vie, les autres rôles (amateurs) n’étant que des faire-valoir de la star engagée, seule à être autorisée à être filmée en gros plans, jusqu’à un finale forcé aussi pathétique que putassier. Le problème avec ce faux reportage BFM TV labellisé, s’agitant et gueulant en permanence sur fond de musique d’ascenseur, c’est qu’on n’en apprend pas plus que sur les vraies chaînes infos. Du cinéma bruyant qui n’a rien à dire mais le dit d’autant plus fort. Du cinéma presbyte, sans le moindre début d’éthique. Détestable. L.H.

Exit y était aussi