Jean Raine, de CoBrA à l’expressionnisme abstrait

Fantastique Jean Raine, au sens propre : peintre belge exilé à Lyon où il est mort en 1986, il est notamment passé par le groupe CoBrA, du nom de la revue qui accueillit un groupe d’avant-garde nordique dans les années 1950, avant de partir pour la Californie, lorgnant vers Jackson Pollock et les expérimentations sous LSD. En résulte une de ses périodes les plus inspirées, avant d’établir un univers fantastique des plus personnels, utilisant aussi bien les couleurs éclatantes, les effets kaléidoscopiques, que l’illusion de la motricité venue du cinéma. Un univers indocile et sauvage, qui s’estompera un peu avec l’abstraction des dernières toiles, mais incroyablement mouvant et inventif. À redécouvrir à la galerie Michel Descours, autour d’une quarantaine d’oeuvres, qui font suite à une exposition au Grand Palais pour la Paris Art Fair, en attendant la première monographie intégrale qui paraîtra aux éditions Les Cahiers dessinés en mars 2019.

L.H.

 

L'événement à ne pas manquer

Autres suggestions de sorties