C’est dans la tête, d’Alexandra Pizzagali

Elle est la nouvelle coqueluche du trash au féminin, une école qui n’en finit plus de se reproduire, de Laura Laune à Blanche Gardin. Ou comment dire les pires insanités avec une moue de poupée et une voix de petite fille. Mais Alexandra Pizzagali a pour elle d’avoir souvent un peu plus de texte et de regard acide, détournant des scènes du quotidien vers le mal être le plus grotesque. Elle pourrait même vous faire regretter d’avoir jamais accouché en vous racontant son dégoût de l’enfantement chez les humains. Nerveuse, acérée, redoutablement glaçante, on l’a déjà vue sur un tremplin d’un quart d’heure mais on ne demande qu’à la voir sur un set entier pour savoir ce qu’elle a dans le ventre. Si l’on ose dire…

L.H.

 

L'événement à ne pas manquer

Autres suggestions de sorties