L’espion qui m’a larguée

Espion, voilà un métier qui fait rêver la moitié des inscrits sur Parcoursup toujours en attente d’une réponse. Sauf que la vie d’agent secret n’est pas de tout repos. Difficile par exemple de chiner tranquillement dans une petite bourgade de Lituanie sans se faire tirer dessus. Alors quant à mener une relation amoureuse, c’est carrément mission impossible, même pour Tom Cruise. Voilà la raison pour laquelle Audrey, caissière en chemise hawaïenne, se fait larguer par son copain d’espion le jour de ses 30 ans. Dans la vraie vie, ce genre d’excuse ne tient pas la route, mais ici la jolie brune se retrouve embarquée malgré elle dans une intrigue internationale. En compagnie de sa BFF (best friend forever), une blonde qui en fait presque autant que Jean-Jacques Bourdin en interview, la voilà qui part en Europe pour des aventures gonflées en oestrogène, un peu comme si les scénaristes de James Bond s’étaient amusés à créer un cadavre exquis avec ceux de Bridesmaids. Enfin un film d’espions qui s’ouvre aux vraies femmes: pas aux créatures à la plastique surréaliste, capable de détruire l’armée du Venezuela tout en se faisant les ongles, mais aux girls next door, du genre à prendre un fou rire en interrogatoire. Le problème c’est que nos Thelma et Louise se font justement poursuivre par une mannequin ancienne gymnaste russe, qui a plus à voir avec Terminator que Gisèle Bündchen. Heureusement, elles sont aidées par un bel agent britannique qui, lui, ne vient pas du froid. Voilà un bel exemple de parité.

 

C.S

L’espion qui m’a larguée, de Susanna Fogel (U.S. 1 h 57) avec Mila Kunis, Kate McKinnon, Justin Theroux… Genre : Austin Power est une femme.

Autres suggestions de sorties