Les joueurs / Mao II / Le nom d’après Don DeLillo

N’ayez pas peur, ça dure neuf heures (avec entractes) ! Les Joueurs de Julien Gosselin tirés de Don DeLillo sera, à n’en pas douter, l’événement de la rentrée, sachant qu’on avait déjà vu son précédent spectacle – de dix heures– toute une journée à la MC2 de Grenoble sans s’ennuyer une seule seconde… La salle était d’ailleurs restée comble jusqu’au bout. A l’époque, Julien Gosselin faisait trois entractes. Cette fois, il va encore plus loin : si le spectacle est annoncé sans entracte, les spectateurs peuvent entrer et sortir librement tout au long de la représentation, comme au temps de Shakespeare. Une manière salutaire de désembourgeoiser le théâtre en décorsetant les représentations habituelles.

Troupe foisonnante, travail filmique hors pair, toujours en lien avec la scène, adaptation de textes en résonance avec tous les problèmes contemporains et scénographie impressionnante : Les Joueurs s’annonce à nouveau comme du théâtre à grand spectacle, stimulant et inventif, comme il est rarement donné d’en voir sur les planches. C’est tout à l’honneur de la dynamique scène de Bonlieu, à Annecy, d’oser présenter un spectacle ambitieux comme celui-ci, qui, une nouvelle fois, ne passera pas par Lyon… C’est le moment de vous mettre au covoiturage.

 

L.H.

 

L'événement à ne pas manquer

Autres suggestions de sorties