Sortir à Lyon
Partager cet article :

On a visité le nouvel UGC Part-Dieu 18 salles !

On l’at­ten­dait pour James Bond le 6 octobre, il sera fina­le­ment prêt pour la sortie de Dune dès le 18 septembre. Le plus grand cinéma de Lyon (18 salles de 102 à 352 places, 3 niveaux sur le toit de la Part-Dieu avec un hall sous verrière d’un hauteur de 17m, 3000 fauteuils) est donc né plus spacieux que jamais (atrium géant, 1m05 entre chaque rang et même des réhaus­seurs inté­grés aux sièges pour les enfants). Pour les spec­ta­teurs dont nous sommes, c’est tout bénéf’. Pour le marché lyon­nais en revanche, en plein crise Covid, c’est une véri­table bombe, ce masto­donte débarquant en plein centre ville, à équi­dis­tance du Pathé Belle­cour, du Comoe­dia et du Pathé Carré de Soie, visant l’en­semble des publics selon le modèle éprouvé de la program­ma­tion UGC, les inven­teurs de la carte illi­mité, choi­sis­sant l’offre la plus géné­ra­liste possible, des films les plus porteurs à l’art et essai parfois le plus pointu.

L’Atrium de 17m de haut sous la verrière, plus spacieux que jamais…

VO ou VF ?

Le seul modèle exis­tant d’un multi­plexe en plein centre ville est celui de l’UGC Ciné-Cité des Halles, inté­gra­le­ment VO, qu’on a coutume de dési­gner par “le plus grand cinéma art et essai de France”. Tradi­tion­nel­le­ment, les anciens ciné­mas de la Part-Dieu, tous deux fermés aujourd’­hui, program­maient exclu­si­ve­ment de la VF. C’est la VO qui est désor­mais privi­lé­giée, avec la méta­mor­phose atten­due du quar­tier de la Part-Dieu et les 40 millions de visi­teurs prévus dans le centre commer­cial rénové. Même si, rassu­rez-vous, une offre VF persis­tera pour les films fami­liaux ainsi qu’une large offre de films français, du cinéma popu­laire comme Bac Nord ou Boîte noire à l’art et essai le plus pointu comme Les Amours d’Anaïs. Bref, avec une seule carte, vous pour­rez tout voir, dans ls meilleures condi­tions de confort.

1 000 000 d’en­trées ?

Le hall vu du deuxième étage des trois niveaux de salles.

Reste que ce nouvel alba­tros du cinéma se pose avec ses ailes de géant sur le toit de la Part-Dieu au moment où le marché du cinéma ne s’est pas encore remis de la crise sani­taire. L’at­ter­ris­sage marquera à coup sûr un trem­ble­ment de terre pour l’en­semble des ciné­mas de la ville, d’au­tant qu’un tel paque­bot vises a minima un million d’en­trées par an une fois qu’il aura pris son rythme de croi­sière, sans parler de détrô­ner le cham­pion toutes caté­go­ries jusqu’ici : le Pathé carré de Soie, et ses quelque 1 250 000 entrées les jours de grand vent.

Retour vers le futur

Alors que Pathé et UGC se parta­geait à peu près équi­ta­ble­ment ces dernières années le marché lyon­nais des multi­plexes (le premier en misant sur l’in­no­va­tion, le second sur le confort tradi), la faiblesse de l’offre en salles pour encore au moins un an ou deux pour­rait chan­ger la donne, y compris pour des ciné­mas art et essai comme le Comoe­dia ou les ciné­mas Lumière, si la Part-Dieu mise essen­tiel­le­ment sur la VO. Même l’UGC Ciné-Cité Confluence, installé dans un autre centre commer­cial, et l’UGC Ciné-Cité inter­na­tio­nale, pour­raient en ressen­tir les secousses. Bref, dans une écono­mie de diffu­sion des films en pleine muta­tion et un marché lyon­nais déjà saturé, on n’a pas fini de mesu­rer l’im­pact d’un tel masto­donte. En atten­dant, après avoir été les seuls à voir renaître des ciné­mas de quar­tier en centre ville avec les ciné­mas Lumière il y a 5 ans (aux conte­nances diamé­tra­le­ment oppo­sées la plupart des salles ne dépas­sant pas 50 places), les Lyon­nais auront la chance de profi­ter dès cet automne d’un multi­plexe de toute beauté et dernier cri, au confort incom­pa­rable. Le seul de cette taille à se créer aujourd’­hui en dehors de Paris. On verra s’il en fera une force ou une faiblesse, dans un marché en pleine évolu­tion. En atten­dant, on peut en profi­ter tout l’au­tomne, et même pendant le festi­val Lumière (lire p 24), il est grand temps de retour­ner au cinéma !

Usines Fagor-Brandt : vraie friche, fausse culture !

Le problème avec les lieux éphémères, c’est que par définition, ils ne durent pas. Rien n’est plus à la mode que la réhabilitation de friches, et l’investissement par des bobos dit cultivés des lieux ouvriers. Le résultat est souvent beau du point de vue architectural, enthousias...

Pous­sin et Picasso, les prochaines expos du MBA

Après les frères Flandrin et Louis Bouquet cet été, le musée des Beaux-Arts poursuit sa politique d’exposition d’artistes “singuliers” selon le mot de Sylvie Ramond. Soit des artistes restés en marge des écoles et des courants. Comme Erik Dietman ou Joseph Cornell exposés auparav...

Lumière : le grand quiz hommage à Bertrand Taver­nier

Bertrand Tavernier et Lyon, une histoire d'amour... A l'occasion de l'hommage que lui rend le festival Lumière ce dimanche, nous avons concocté un quiz-hommage aux relations étroites entre Bertrand Tavernier et sa ville natale. Mais saurez-vous ne pas tomber dans les pièges ? Jou...

Un nouveau festi­val baroque à Lyon

L’Institution des Chartreux a toujours fait venir des musiciens en cours de saison, et souvent de grande qualité, comme le ténor Cyrille Dubois. Plutôt que de les présenter au coup par coup au long de la saison, elle a décidé de les regrouper cette année le temps d’un week-end, a...