Sortir à Lyon
Partager cet article :

Merzouki rêve de monter un projet pour la danse à Lyon

Il est candi­dat ! Après le départ de Domi­nique Hervieu de la Maison de la danse, Mourad Merzouki rêve de lui succé­der, et il a tous les atouts pour cela. Il nous explique son désir de reve­nir à Lyon pour monter un projet global pour la Bien­nale et la Maison de la danse. Pourvu que les poli­tiques l’en­ten­dent… Réponse d’ici février.

Le monde de la culture se réin­vente et le numé­rique prend de plus en
plus de place. À quoi va ressem­bler le futur de la danse ?

Mourad Merzouki : « Il y a un profond chan­ge­ment qui est en train de s’opé­rer, un monde nouveau auquel nous faisons face, dans la culture et ailleurs. Se réin­ven­ter, oui, sinon nous sommes perdus ! Les réseaux sociaux ont été précieux pendant les confi­ne­ments, comme une manière de ne pas se couper des spec­ta­teurs qui n’avaient comme seule échap­pa­toire que le lien inter­net. Ce qu’on retient de très posi­tif, c’est qu’a­vec ces outils, on est allé cher­cher un nouveau public, celui qui n’ose pas, qui ne va pas de façon évidente au théâtre et qui a pu faci­le­ment décou­vrir ce milieu. Le pari à présent, c’est que ce même public puisse fran­chir nos portes et voir les spec­tacles en vrai.


Vous aviez déjà succédé à Domi­nique Hervieu en 2008 à la tête du Centre choré­gra­phique natio­nal de Créteil (94), son départ de Lyon vous donne-t-il envie de prendre sa suite, à nouveau ?
Tout le monde connaît mon atta­che­ment à Lyon et à ses habi­tants, j’ai une histoire forte avec la métro­pole lyon­naise et je n’ai jamais coupé le cordon. Je suis né à Lyon et j’ai grandi à Saint-Priest, où je vis toujours. Domi­nique Hervieu a fait un travail formi­dable à la Maison de la danse, l’hé­ri­tage de Guy Darmet n’était pas facile, et elle en a fait un lieu ouvert à tous. J’y suis extrê­me­ment sensible et je me retrouve plei­ne­ment dans cette dyna­mique de partage de la danse pour tous, à la fois à l’en­droit du popu­laire et de l’exi­gence, en plus d’un rayon­ne­ment à l’in­ter­na­tio­nal. Tout ça me plaît, me parle. Il s’avère que le départ de Domi­nique Hervieu arrive au moment où j’ar­rive moi-même à la fin de mon mandat, après 13 ans au CCN. Est-ce un signe ? Dans tous les cas, je serai extrê­me­ment heureux de propo­ser un projet pour Lyon, pour la Maison et pour la Bien­nale de la
danse, comme j’ai déjà pu le faire sur le terri­toire avec le festi­val Kara­vel.


Qu’est-ce qui vous séduit dans l’idée de reve­nir à Lyon ?

Je viens de termi­ner Zéphyr, j’ai cinq spec­tacles de réper­toire qui sont en diffu­sion actuel­le­ment, et en paral­lèle, je travaille sur mon retour dans la métro­pole lyon­naise. Tout ça est en gesta­tion, mais mon désir de reve­nir est bien réel, en plus de main­te­nir une dyna­mique avec Paris, Créteil et le reste du monde. Je suis un artiste qui aime bouger, créer des passe­relles, mais j’aime aussi cette idée d’avoir une implan­ta­tion dans la ville qui m’a vu naître et gran­dir. J’ai beau­coup voyagé, et partout Lyon fait figure d’exemple sur le plan cultu­rel, notam­ment avec ses festi­vals. On sait que les Lyon­naises et les Lyon­nais ont une sensi­bi­lité forte pour la danse, acteurs
et spec­ta­teurs. Quand on dit que cette ville en est la capi­tale, ce n’est pas pour rien ! Tout cela me conforte dans l’idée de conti­nuer à rêver et à imagi­ner des projets à la hauteur de ce qu’in­carne Lyon à travers le
monde. C’est une grande fierté pour moi d’être né et de vivre ici. »

Propos recueillis par Mathilde Beaugé

On a lu le nouveau livre drôle et émou­vant de Frémaux sur Taver­nier

Thierry Frémaux revient sur son long compagnonnage avec Bertrand Tavernier à l'Institut Lumière, dans un biographie intime qui paraît chez Grasset : Si nous avions su que nous l’aimions tant, nous l’aurions aimé davantage. Emouvant. Que l’on doit se sentir petit lorsqu’on voya...

Sans filtre, le nouveau Ruben Ostlund, le grand film de la rentrée

[mis à jour] Deuxième Palme d'Or pour le Suédois Ruben Östlund après The Square, Sans filtre est une satire jubilatoire avec une séquence d'anthologie sur un yacht d'oligarques russes ! Le film le plus ambitieux et le plus impressionnant de cette rentrée? Courez-y ! Il y a ...

Emma­nuel Carrère à Lyon, un grand écri­vain face aux atten­tats

Après L'Adversaire ou D'autres vies que la mienne, Emmanuel Carrère vient présenter V13, chronique judiciaire des attentats du 13 novembre à la librairie Passages à Lyon. Dix mois d’audience pour l’histoire. Dix mois pour juger l’irréparable. Un « saut dans l’inconnu » pour Em...