Sortir à Lyon
Partager cet article :

Conne­mara, le nouveau roman de Nico­las Mathieu

Nicolas Mathieu, auteur de Connemara.
Nicolas Mathieu, prix Goncourt 2018.

Son nouveau roman pour­rait être la suite de son prix Goncourt en 2018, Leurs enfants après eux. Ou comment deux quadras origi­naires des envi­rons de Nancy mais aux desti­nées profes­sion­nelles diffé­rentes vont retrou­ver souffle à travers une liai­son. Les scènes de sexe, conta­gieuses, sont aussi réalistes que la descrip­tion de la vie de tous les jours, pour laquelle Nico­las Mathieu n’a pas son pareil, notam­ment dans un magis­tral portrait de femme, Hélène, et “ces bouts de vie quoti­diens qui compo­saient le casse-tête de sa vie”. Derrière la recom­po­si­tion des régions au détri­ment des gens, ou le “maré­cage d’in­dif­fé­ren­ciés” des open spaces, l’au­teur d’Aux animaux la guerre, son superbe premier livre (bien­tôt adapté en série), traque le non-dit de ces vies trop lourdes, “ce truc qui la minait, qui tenait à la fois de la satiété et du manque, cette lézarde qu’elle se trim­ba­lait sans le savoir”. Virtuose, il alterne l’aujourd’­hui de “cet âge où le nombril est maître, la souf­france des autres pure­ment fictive”, avec des chapitres dans lesquels le passé de chacun de ses prota­go­nistes revient, “cette période englou­tie qui avait tant duré et qui semblait rétros­pec­ti­ve­ment si brève”.

Conne­mara, le roman social des quadras

Il décrit si bien ce qu’il se joue vrai­ment de ces vies silen­cieuses qu’on peut rester un peu inter­loqué de ce besoin un peu trop appa­rent de marqueur poli­tique à vouloir “gour­man­der la nation” et le “prêchi-précha des biens lotis” au point de vouloir termi­ner arti­fi­ciel­le­ment son livre sur l’élec­tion de 2017 (en confon­dant au passage RN et FN). D’où sans doute, un titre lui aussi en forme de marqueur assez balourd pour chan­ter un “lieu qui n’existe pas”. Ses person­nages auraient suffi, lui qui les écrit si bien, comme dans la séquence poignante de hockey “spina­lien” dans laquelle Chris­tophe, se sentant raccro­cher à force d’al­cool, fait tout pour jouer une dernière fois sous le regard de son fils. Un beau livre, un peu trop composé.

Nico­las Mathieu, Conne­mara (Actes Sud, 22 €).

Rencontre avec Nico­las Mathieu à la Fête du livre de Bron samedi 12 mars à 14h pour le dialogue d’au­teurs “Trou­ver son iden­tité” avec Silvia Aval­lone. Entrée libre salle des Parieurs de l’Hip­po­drome Bron-Parilly.

Hors les murs : vendredi 11 mars à 19h pour La Route des libraires à la librai­rie Les Danaïdes à Aix-les-Bains.

Lire aussi notre entre­tien avec Arnaud Viviant, autre invité de la fête du livre.

Berlioz, le plus beau festi­val clas­sique de l’été

Cette fois, Valery Gergiev ne viendra pas, nationalité russe oblige. Sir John Eliot Gardiner, autre grand habitué, non plus. Et pourtant, la programmation de la nouvelle édition du festival Berlioz à la Côte-Saint-André s'annonce toujours aussi belle, fourmillant de "milliers de ...

Avec KRAKEN, Les Subs inau­gurent la plus grande terrasse de la ville

  Les Subs ont inauguré la plus grande terrasse de la ville (500 places) au pied d’une oeuvre monumentale pas comme les autres, le Kraken, dont les tentacules de plus de 15 mètres de haut passent même par-dessus le bâtiment originel des Subsistances. Fruit de l’imagination des...

La vérité sur les coupes de subven­tions dans la culture

Quand la mairie de Lyon a choisi de couper 500 000 euros à l'Opéra de Lyon l'année dernière, on n'a pas beaucoup entendu la petite intelligentsia culturelle lyonnaise... Soit. Quand la Région de la Laurent Wauquiez fait la même chose aujourd'hui pour une somme strictement identiq...