Sortir à Lyon
Partager cet article :

Exclu­sif : les vrais chiffres des ciné­mas à Lyon

l4UGC Ciné-Cité Part-Dieu, seul cinéma à gagner des entrées à Lyon en 2022.
Le tout nouvel UGC Ciné-Cité Part-Dieu, seul cinéma à gagner des entrées à Lyon en 2022.

Exclu­sif : les chiffres des dix premiers ciné­mas en fréquen­ta­tion à Lyon. Comme attendu, ils ne sont pas bons. Mais ce n’est pas forcé­ment une si mauvaise nouvelle que ça… voici pourquoi.

Mauvaise nouvelle : sur les 9 premiers mois de l’an­née, les ciné­mas lyon­nais perdent encore un peu plus d’en­trées que la moyenne natio­nale, même si ça reste dans les mêmes propor­tions (-31,7% contre –30%). Mais… avec des dispa­ri­tés encore plus fortes et dans un marché beau­coup plus équipé que la plupart des autres villes en France. Seul chiffre posi­tif, celui du tout nouvel UGC Ciné-Cité Part-Dieu (ouvert en septembre 2021), qui gagne néces­sai­re­ment des spec­ta­teurs par rapport à 2019, dernière année de réfé­rence avant Covid. Il se paie même le luxe dès sa première année d’ou­ver­ture d’al­ler chatouiller le leader histo­rique incon­testé du marché régio­nal, le Pathé Carré de Soie. Mais, car là aussi il y a un « mais », au prix d’un canni­ba­lisme dans sa propre maison de l’ordre du sacri­fice : ce sont les trois autres sites UGC qui paient le plus lourd tribut de la baisse de fréquen­ta­tion à Lyon, et de façon acca­blante : –43% pour l’Asto­ria – dernier cinéma de quar­tier lyon­nais du groupe -, –45% pour un Ciné-Cité Confluence qui se retrouve en pleine crise dix ans après son ouver­ture, alors qu’il aspi­rait au mini­mum au top 3 des salles lyon­naises ; et enfin coup de grâce, –51% pour l’UGC Ciné-Cité Inter­na­tio­nale (plus d’un spec­ta­teur sur deux !), clai­re­ment sur la sellette. Même si à la diffé­rence de Confluence et Part-Dieu, UGC en possède les murs, et peut donc en rester proprié­taire encore long­temps…

Quels films et quels ciné­mas s’en sortent le mieux ?

Les ciné­mas dits art et essai (Lumière et Comoe­dia) sont clai­re­ment ceux qui s’en sortent le mieux, dispo­sant d’une base de spec­ta­teurs fidèles et – atout non négli­geable en période d’in­fla­tion – des tarifs les moins chers (- 5 euros en prix façade hors abon­ne­ment). Même s’ils accusent une baisse réelle et marquée (respec­ti­ve­ment – 14,5% et –22%), a fortiori lorsque l’offre dite art et essai n’a jamais été aussi plétho­rique, et que leurs jauges restent souvent limi­tées (autour de 40 places pour la plupart des salles Lumière). L’offre de films, elle, reste en revanche para­doxale. Ce sont les films les des grands studios qui attirent toujours plus de spec­ta­teurs, mais ce sont juste­ment ces films d’in­dus­trie, parti­cu­liè­re­ment améri­cains, qui ont été le plus touchés par la crise Covid, et qui sortent donc de moins en moins… Le succès inso­lent de Top Gun Mave­rick avec 7 millions d’en­trées en France  – plus grand succès mondial de Tom Cruise de tous les temps – en est la preuve, tout comme les nombreux succès de films desti­nés aux jeunes, reve­nus en nombre dans les salles (Unchar­ted, Thor 4, Bullet Train, Les Minions 2, Juras­sic World 3, The Batman… tous multi­mil­lio­naires). Tout aussi notable, l’at­trac­tion des salles Premium qui ne se dément pas, alors qu’elles restent les plus chères du marché : le nouveau Top Gun a réalisé plus de la moitié de ses entrées au Méga CGR Brignais en “Ice” (leur format Premium), et la 4DX conti­nue de réjouir un public occa­sion­nel, comme pour la reprise d’Avatar, 13 ans d’âge et succès du mois de septem­bre… De ce point de vue, le débat sur l’offre concur­ren­tielle des plate­formes (dont on ignore la plupart du temps le nombre de spec­ta­teurs par film, gardons-nous des intox) semble donc être un faux débat. Tom Cruise, en misant sur la salle, a plié le match. Chapeau l’ar­tiste !

Vers une nouvelle ère de consom­ma­tion des films ?

Mais il existe aussi d’autres raisons de se réjouir : nombre de films tiennent de plus en plus remarqua­ble­ment dans la durée, y compris dans les grands circuits, à deux ou trois séances par jour. Ces succès au long cours montrent que le bouche à oreille et la curio­sité du public existent bel et bien, comme le montrent les bons scores de Deci­sion to leave, As Bestas ou plus encore La Nuit du 12. Encore à l’af­fiche à Lyon à la mi-octobre en étant sorti mi-juillet, le film de Domi­nik Moll aura terminé sa carrière à 500 000 entrées. A côté des gadins de films stéréo­ty­pés en tous genres (les bides de Dubosc et Kad Merad, ou l’énième film d’au­teur formaté de Binoche et Lindon se sépa­rant dans le dernier Claire Denis, avec amour mais sans achar­ne­ment…), tout se passe comme si le public se concen­trait sur une offre ciblée, qu’il prenait davan­tage le temps de choi­sir. En art et essai comme en pur diver­tis­se­ment, lorsqu’un film sait faire événe­ment (origi­na­lité du sujet ou singu­la­rité d’une expé­rience visuelle), il trouve pratique­ment toujours son public. Il se pour­rait donc qu’on entre dans une nouvelle ère de consom­ma­tion des films, plus ciblée, et c’est sans doute une bonne nouvelle.

Vers un nouveau parc de salles adapté ?

Reste à savoir si le parc de salles actuel, souvent dimen­sionné pour 12 salles et plus, y sera adap­té… Mani­fes­te­ment, non. C’est sans doute en partie ce qui explique la vente des ciné­mas du deuxième opéra­teur natio­nal de salles, CGR – ce qui n’est pas rien – et le fait qu’il n’est toujours pas trouvé d’ache­teur depuis avril dernier. C’est sans doute ce qui explique aussi l’in­ves­tis­se­ment de Pathé dans de nouveaux espaces au Carré de Soie, et la réno­va­tion  courant 2023 de son Pathé Belle­cour histo­rique qui fêtera ses… 90 ans ! Il a connu tous les cycles ciné­ma­to­gra­phiques, de la mode des petites salles en boîte à chaus­sures dans les années 80 à l’avè­ne­ment des multi­plexes en gradins, avant le passage en numé­rique Premium. L’adap­ta­tion, le chan­ge­ment dans la conti­nuité, les distri­bu­teurs comme les salles art et essai devront aussi le mettre en pratique : défendre des films plus ambi­tieux et plus origi­naux, au milieu du flot bouli­mique de produits par trop ressem­blants (étique­tés art et essai ou commer­ciaux), dont les spec­ta­teurs ne veulent mani­fes­te­ment plus, au moins pour un tiers d’entre eux… Peut-on vrai­ment consi­dé­rer qu’il s’agisse d’une mauvaise nouvelle ? A la fin des fins, c’est bien le public qui choi­sira –  même s’il est encore trop absent de nombre de discours profes­sion­nels – et c’est tant mieux.

Les entrées des ciné­mas à Lyon depuis le 1er janvier

Ciné­masEntrées payan­tes*En %
Pathé Carré de Soie (15 salles)488 637–41,3%
UGC Ciné-Cité Part-Dieu (18 salles)450 489+29,5%
Méga CGR Brignais (15 salles)403 938–33%
Pathé Vaise (14 salles)340 589–38,5%
Pathé Belle­cour (10 salles)331 951–31,5%
UGC Ciné Cité Confluence (14 salles)313 618–45,4%
Comoe­dia (9 salles)220 247–22,1%
UGC Ciné Cité Inter­na­tio­nale (14 salles)160 914–50,9%
Ciné­mas Lumière (10 salles)147 031–14,6%
UGC Asto­ria (5 salles)93 193–42,9%
Total Agglo­mé­ra­tion3 159 470–31,7%
* au 30/09/2022, évolu­tion en % à partir d’une moyenne 2017–1019

Projec­tion sur année glis­sante 2022

Pathé Carré de Soie716 648–36,7%
UGC Ciné Cité Part-Dieu623 672+30,1%
Méga CGR Brignais599 119–27%
Pathé Vaise511 631–33,6%
Pathé Belle­cour492 627–27,4%
UGC Ciné Cité Confluence455 029–43,3%
Comoe­dia321 451–18,5%
UGC Ciné Cité Inter­na­tio­nale250 407–44,7%
Ciné­mas Lumière210 299– 7,3%
UGC Asto­ria131 200– 41,9%
Total Agglo­mé­ra­tion4 620 930– 27,47%

Avatar et les films les plus atten­dus pour les fêtes

[mis à jour] Emma Thompson, James Cameron, Cécile de France ou Sandrine Kiberlain... Comédie romantique, film grand spectacle, SF ou portrait de femme, tous les goûts sont au cinéma en décembre, avec nombre de films attrayant dans tous les genres. Voilà à nos yeux les plus att...

Pous­sin et l’amour, l’expo la plus atten­due de l’au­tomne

[mis à jour] On en sait déjà un peu plus sur la grande exposition organisée par le musée des Beaux-Arts cet hiver. Il s'agit de faire découvrir un Poussin méconnu - souvent réputé, à tort, austère - grâce au thème de l’amour qui traverse l’ensemble de son oeuvre. Deux tableaux...

Japan Touch, le plus grand festi­val de cuisine japo­naise

C'est le rendez-vous incontournable des fous de culture japonaise, et on peut dire que l'événement leur rend bien. Pendant deux jours, Eurexpo se pare des lumières des rues de Tokyo, de bonsaï et de céramiques, de lingerie kawaii et des cosplay les plus impressionnants. L'immersi...