Sortir à Lyon
Partager cet article :

Xavier Legrand raconte son film Jusqu’à la garde

Premier film et coup de maître : ancien comé­dien de la troupe du TNP, Xavier Legrand signe avec Jusqu’à la garde un thril­ler sur les violences conju­gales, aussi impres­sion­nant dans son écri­ture ciné­ma­to­gra­phique que précis dans sa méca­nique psycho­lo­gique.

Commençons par la fin : vous osez aller au-delà d’un simple film social sur les violences conju­gales, touchant au thril­ler à l’amé­ri­caine dans la dernière scène du film, ce qui est assez rare dans le cinéma français…

Xavier Legrand : « Oui, l’idée du thril­ler m’est venue très tôt. La ques­tion des violences conju­gales est très actuelle, très sociale et souvent abor­dée du point de vue des faits divers. Je voulais vrai­ment pouvoir toucher tous les publics et la faire entrer dans un genre de cinéma à part entière, mais sans pour autant utili­ser les clichés du thril­ler. J’ai choisi par exemple de ne pas utili­ser de musique. On a fait en revanche un gros travail sur les sons du quoti­dien qui reviennent parfois jusqu’à en être angois­sants : le moteur de la voiture, la cein­ture de sécu­rité, des sons réels qui sont autant d’in­gré­dients de tension. Pour prépa­rer le film, j’ai fait un très gros travail de docu­men­ta­tion, j’ai rencon­tré des victimes comme des groupes de parole d’hommes violents, mais je voulais ensuite digé­rer ce travail dans un vrai film de fiction. Or les violences conju­gales conduisent réel­le­ment à des situa­tions extrêmes comme celle qu’on voit à la fin du film. Le genre du thril­ler me semblait donc perti­nent pour traduire cette terreur. Le pari, c’était de le faire surgir de la réalité, sans avoir besoin d’ef­fets inutiles. Même si ça abou­tit effec­ti­ve­ment à une quasi-scène de film d’hor­reur, parce que c’est le cas.

« Le pari, c’était de faire surgir le thril­ler de la réalité, sans avoir besoin d’ef­fets inutiles. »

Xavier legrand

Être comé­dien vous a-t-aidé à trans­mettre cette tension dans la direc­tion d’ac­teurs ?

Oui, c’était le plus impor­tant pour moi, que cette tension soit palpable tout du long. C’est là que mon expé­rience de comé­dien m’a beau­coup aidé effec­ti­ve­ment. Il y a des réali­sa­teurs qui ont peur des acteurs et qui leur imposent leur vision sans vrai­ment dialo­guer. Pour ces situa­tions-là, j’avais besoin d’être en compli­cité. C’était très impor­tant de parler le même voca­bu­laire qu’eux même si Léa et Denis ne fonc­tionnent pas de la même façon. Léa Drucker est très concen­trée et n’a besoin que de bornes de temps à autre. Denis Méno­chet avait plus besoin de comprendre psycho­lo­gique­ment les moti­va­tions de son person­nage, ce qui est natu­rel : son person­nage est plus dur à assu­mer pour un comé­dien. Le fait d’avoir fait déjà le court-métrage ensemble (Avant que de tout perdre, 2013, ndlr) permet­tait aussi d’être plus à l’aise. Mais dès que je disais “coupez!”, je venais refaire la scène avec eux en préci­sant les choses. On ne peut pas se conten­ter d’être un spec­ta­teur surplom­bant pour diri­ger un thril­ler, en tout cas pas moi.

Le titre du film est à double sens, avec l’idée du combat et de la garde d’en­fant…

Oui, c’est la garde d’en­fants bien sûr, qui fait l’objet de l’af­fron­te­ment du couple. Mais « jusqu’à la garde de l’épée », c’est une expres­sion qui veut dire aussi aller jusqu’au bout, c’est une violence extrême. Mais c’est aussi une expres­sion grivoise qui veut dire « gorge profonde ». J’ai­mais bien cette poly­sé­mie qui conte­nait tous les enjeux du couple.

Vous étiez comé­dien dans la troupe du TNP à Villeur­banne avant de deve­nir réali­sa­teur, qu’en avez-vous gardé ?

Quand j’ai commencé de penser à ce projet vers 2009 j’étais d’ailleurs en tour­née avec la troupe du TNP, j’écri­vais déjà dans ma chambre d’hô­tel. Je suis un comé­dien qui a eu une forma­tion clas­sique, par le Conser­va­toire. J’ai d’abord voulu abor­der les violences des tragé­dies antiques en me deman­dant quels seraient leurs équi­va­lents aujourd’­hui. La violence fami­liale s’est impo­sée de suite comme une évidence.  En me mettant à écrire, je me suis aperçu que je n’avais pas de langue pour le théâtre, mon écri­ture était beau­coup trop visuelle. J’ai donc commencé par un court-métrage, qui devait être une trilo­gie avec les mêmes person­nages : la fuite, le divorce puis le retour. J’ai fina­le­ment regroupé les deux derniers volets en un long métrage.

L’ex­pé­rience de comé­dien de théâtre est a priori assez éloi­gné du thril­ler, vous vous êtes décou­vert une nouvelle facette ?

L’ex­pé­rience du théâtre est moins éloi­gnée qu’on ne pour­rait le penser du cinéma, surtout avec Chris­tian Schia­retti. C’est quelqu’un qui travaille beau­coup la drama­tur­gie des pièces dans sa mise en scène et qui nous y asso­cie très tôt en tant qu’ac­teur pour avoir une une vision globale de l’oeuvre. On en ressort avec une colonne verté­brale de l’oeuvre au-delà des simples ques­tions d’in­ter­pré­ta­tion. Les ques­tions drama­tur­giques rejoignent donc celles d’un scéna­rio, du point de vue à la construc­tion. Mais c’est vrai que je n’avais pas du tout prévu de faire du cinéma. Je suis le premier étonné de l’ac­cueil que reçoit le film, et donc encore plus heureux !”

Propos recueillis par Luc Hernan­dez

Tori et Lokita, le nouveau film déce­vant des Dardenne

Il y a toujours de belles choses dans un film des frères Dardenne. Comme ici le premier gros plan sur Lokita (Joely Mbundu) ou Pablo Schils, gamin au vélo inoubliable alors que les réalisateurs belges reviennent au sujet de La Promesse : la famille et l’immigration. Comme toujour...

Dahmer, la snuff série gay la plus vue de Netflix

Tu m'étonnes que tout le monde regarde ! Voyeuriste, sordide, malaisant, mais aussi incroyablement bien interprété et mis en scène (même Gregg Araki a mis la main à la pâte pour un épisode !), Dahmer, monstre, L'Histoire de Jeffrey Dahmer, est un véritable phénomène... assez impr...