Sortir à Lyon

J’ai perdu mon corps : c’est long, c’est court


Dessin animé. C’est un premier film d’ani­ma­tion, conçu dans les studios villeur­ban­nais du pôle Pixel, qu’on aurait aimé plus aimer… La variété de palettes de ce dessin animé pas comme les autres fait montre d’un sens esthé­tique incon­tes­table quand il s’agit d’abor­der les paysages eurbains. Malheu­reu­se­ment ; cette adap­ta­tion du roman de Guillaume Laurant ne repose que sur un idée pure­ment graphique, mêlant la borieu­se­ment deux histoires paral­lèles : elle d’une main coupée, mais surtout une histoire d’amour assez conve­nue entre un livreur de pizza pianiste amateur et une fille d’ébé­niste. La musique de Dan Levy du duo de The Do donne lieu à quelques jolies séquen­ces… qui tiennent plus du court métrage que du long. L.H.

J’ai perdu mon corps (Fr, 1h21). Film d’ani­ma­tion de Jérémy Clapin.

Satire dans tous les sens

Comédie politique. Gary Zimmer (Steve Carell), conseiller politique Démocrate, reçoit en plein dans sa face et son costume sur mesure, la victoire de Donald Trump face à Hillary Clinton. Il est d’autant plus déprimé qu’il s’est fait humilier par son homologue Républicaine, l’esth...

Les verts rasent gratis

« Le temps est venu ». Voilà ce qu'on peut lire – modestement – sur le site d'Europe Ecologie Les verts qui, comme Aznavour, se voient déjà en haut de l'affiche, flattés par des sondages favorables qui ne valent pas tripette... Passons vite sur une parenthèse politique qui n'a pa...

Le Mans 66 : l’as des as

Biopic. Certes, il y a deux films en un : d'abord la guerre entre Ford et Ferrari qui donnent lieu à de bonnes vieilles scènes d'action ultra-réaliste comme si on était propulsés dans le siège des bolides cultes des années 60 ; ensuite un scénario assez balisé avec scènes de fami...