Sortir à Lyon

Emma­nuelle Devos : « J’en ai ras le bol de faire des films tristes ! »

Rencontre. Figure singu­lière du cinéma français, comé­dienne à la classe folle et à la sensua­lité innée, Emma­nuelle Devos est à l’af­fiche ce mois de février de deux comé­dies signées par de jeunes réali­sa­teurs. Entre­tien à son image, frais et spon­tané.

Vous êtes à l’af­fiche de deux comé­dies, Les Parfums et Mes Jours de gloire dans lesquelles vous inter­pré­tez deux person­nages très diffé­rents. Comment avez-vous abordé leur mode comique ?

Emma­nuelle Devos : « Je n’ai pas eu grand chose à faire, la comé­die était déjà dans l’écri­ture. Ce sont les situa­tions qui m’ont aidée à me fondre dans le décor. On sent très bien pour chaque film la couleur que le réali­sa­teur a voulu donner. Pour Mes Jours de Gloire, le scéna­rio était axé très comé­die autour de Vincent Lacoste, alors que pour Les Parfums, il y a eu un gros travail en amont pour trou­ver le person­nage d’Anne Walberg, ne serait-ce qu’à cause de son métier de nez.

Qu’est-ce qui vous atti­rée pour jouer Anne Walberg, person­nage froid et distant, pas vrai­ment à l’aise dans ses rela­tions avec les autres ?

Il y a des points communs entre le métier d’ac­teur et celui de nez : ce sont deux profes­sions qui demandent de la concen­tra­tion et de la soli­tude. Comme elle, j’ai long­temps eu tendance à m’en­fer­mer dans mon métier, j’avais du mal à affron­ter le monde. Ce sont souvent les enfants qui sont comme ça… J’ai gardé ça de l’en­fance pendant assez long­temps.

Comment joue-t-on un person­nage qui passe par l’odo­rat ?

La mise en scène et la musique s’en chargent : quelqu’un qui est en train de sentir fait toujours la même tête ! Le person­nage d’Anne a l’ha­bi­tude de rentrer dans son col roulé pour sentir son odeur et « faire le blanc », comme disent les nez. C’est une façon de se proté­ger de tout.

Dans Mes Jours de gloire, vous jouez la mère de Vincent Lacoste. Vous étiez contente de le retrou­ver après avoir tourné à ses côtés dans Les Beaux gosses ?

Oui, c’est un excellent acteur, très drôle. Il est capable de tout jouer, de se glis­ser dans n’im­porte quelle filmo­gra­phie, que ce soit celle de Chris­tophe Honoré ou d’An­toine de Bary (réali­sa­teur de Mes jours de gloire, ndlr). Il est dans l’in­car­na­tion immé­diate, sans effort appa­rent, alors qu’il travaille beau­coup.

Vous avez été d’abord repé­rée chez Desple­chin, un cinéma plutôt intello, qu’est-ce qui vous a décidé à enchaî­ner ces deux comé­dies ?

Je ne pense pas avoir d’étiquette, on ne m’iden­ti­fie pas à un type de cinéma. On m’a souvent proposé des comé­dies que je refu­sais car l’écri­ture ne me corres­pon­dait pas. C’est une chose d’être cocasse, mais je n’ai pas la drôle­rie de Karine Viard ou de Valé­rie Lemer­cier. Même si j’ai de la fantai­sie, je ne peux être drôle qu’à certains endroits, si c’est vrai­ment écrit pour moi. Mais peut-être que dans dix ans, je ne ferai plus que des comé­dies ! J’en ai ras le bol de faire des films tristes, j’ai épuisé mon poten­tiel drama­tique. Je n’ai plus envie de me faire mal, de pleu­rer devant une caméra, sauf si c’est pour un grand réali­sa­teur.

Les Parfums est le second film de Grégory Magne et Mes Jours de Gloire est le premier long d’An­toine de Bary. Vous aimez tour­ner avec de jeunes réali­sa­teurs ?

C’est un hasard complet ! Peu m’im­porte que ce soit un premier ou un cinquième film. J’ai tourné avec des cinéastes débu­tants qui sont deve­nus des piliers du cinéma français comme Desple­chin, mais je n’ai jamais fait exprès de tour­ner avec de jeunes réali­sa­teurs : qui se ressemble s’as­semble. Je me consi­dère toujours comme une débu­tante. Avant chaque tour­nage, je me demande si le miracle va encore se produire.

Sur Insta­gram, vous aviez publié un post pour défendre le film d’Haf­sia Herzi, Tu mérites un amour, qui ne figure pas dans caté­go­rie Meilleur premier film des Césars. Vous trou­viez déjà l’Aca­dé­mie obso­lète ?

Depuis deux ans, j’ai arrêté de payer ma coti­sa­tion aux César, celle qui donne le droit de voter, car je ne veux plus donner d’argent à une insti­tu­tion dont je trouve le fonc­tion­ne­ment louche (l’in­ter­view a été réali­sée avant la démis­sion collec­tive des orga­ni­sa­teurs). Quand on voit les caté­go­ries dans lesquelles peuvent se retrou­ver certains films, c’est plus qu’é­tran­ge…

Vous êtes venue plusieurs fois à Lyon pour le Festi­val Lumiè­re…

J’adore vrai­ment la vie lyon­naise. Je viens ici pratique­ment tous les trois mois pour jouer aux Céles­tins ou au TNP, ou pour le festi­val Lumière. Il n’y a pas d’enjeux ni de compé­ti­tion, c’est formi­dable. On vient unique­ment pour le cinéma et parler des films. On se retrouve à dîner entre Donald Suther­land et Vincent Elbaz, on regarde un film avec Xavier Dolan et on fait un mâchon avec Matt Dillon et Keanu Reeves… C’est ça l’es­prit du cinéma. Si on a une baisse de régime en tant qu’ac­teur ou réali­sa­teur, il faut venir au festi­val Lumière ! Là, je sors de ma bulle de soli­tude ! »

Mes Jours de gloire, de Antoine de Bary (France, 1h39). Avec Vincent Lacoste, Emma­nuelle Devos, Chris­tophe Lambert… Sortie le 26 février. Bande-annonce << ici >>.

Les Parfums, de Grégory Magne (France, 1h40). Avec Emma­nuelle Devos, Grégory Montel, Gustave Kervern… Sortie prévue le 25 mars (repous­sée).

Propos recueillis par Caro­line Sicard début février 2020.

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Tous ses films parlent d'amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Transit, Christian Petzold mettait en scène sans prévenir un court récit de 1940 dans le monde d'aujourd'hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfugiés, persécution, Résistance) venaien...

Les Subs, sympho­niques et gratuites !

Pour sa prise de fonction comme nouveau directeur musical de l'ONL, Nikolaj Szeps-Znaider voulait sortir de l'Auditorium et aller à la rencontre des Lyonnaises et des Lyonnais ailleurs et autrement. Mission accomplie pour les Journées du patrimoine avec un double concert gratuit ...

15 € le déjeu­ner du chef !

A table , on se force, et même en temps de confinement, les restos lyonnais dégainent leurs meilleurs plats à emporter. Après Daniele et Denise, c'est le restaurant l'Âme Soeur dans le 3e qui assure du lundi au vendredi la meilleure formule à emporter pour déjeuner : 15 € en duo ...