Sortir à Lyon

John Waters, dandy du mauvais goût

Sa fine mous­tache dessi­née comme au crayon à cils, John Waters a toujours été dandy. Un améri­cain provin­cial à l’ex­cen­tri­cité toute britan­nique, fidèle à sa petite ville de Balti­more. Un dandy trash aussi, affu­blé à la grande époque des doux surnoms de « Pope of trash » (le Pape du mauvais goût) ou « Prince of puke » (prince du vomi). Et du vomi, il en a provoqué, arri­vant au cinéma en parfait amateur par la porte du gore en réali­sant des films trashy-comiques, premiers films qu’il s’amu­sera plus tard à recons­ti­tuer dans Cecil B. Demen­ted (projeté cette année pour les 10 ans d’Ecrans mixtes. Avec un bon sens frappé au coin du mauvais esprit, il décla­rera : « Pour moi, le mauvais goût, c’est l’objet du diver­tis­se­ment. Si quelqu’un vomit en regar­dant mes films, c’est comme rece­voir une stan­ding ovation.  »

Comé­die musi­cale et rocka­billy

Après Pink Flamin­gos, son premier long en 1972, ile trouve le mythique travesti Divine dans pratique­ment tous ses films jusqu’à Hairs­pray en 1988, sympa­thique comé­die musi­cale anti-raciste. Maître de la mode, vintage avant l’heure, écou­tant les musiques des radios black en bon blanc dissi­dent, Waters se tour­nera vers le musi­cal au cinéma avant tout le monde Cry Baby en 1990 va lui permettre de relier tous les fils de son inspi­ra­tion : la musique, l’hu­mour noir, la satire sociale et… l’amour des gros seins ! Tordant, scabreux, malin, dégoû­tant, déli­cieux, Cry Baby est le film le mieux rythmé de l’his­toire du cinéma, et la seule comé­die musi­cale à ce jour réali­sée sur fond de Rocka­billy. Johnny Depp y incarne un blou­son noir à la larme incon­ti­nente dans un remake trash des Capu­lets et Montai­gus, tandis qu’Iggy Pop, William Defoe, Joe Dales­san­dro, Charles Bukowski ou l’ac­trice porno Tracy Lords passent dans le champ dans des séquences haute­ment cultis­simes.

Anti-confor­misme tranquille

Intel­li­gem­ment poli­tique, plutôt que de jouer la suren­chère dans le trash, John Waters aura vite compris que la contre-culture avait été récu­pé­rée par l’in­dus­trie holly­woo­dienne. Plutôt que de se cari­ca­tu­rer lui-même, il va prendre un virage en appa­rence moins provoquant mais tout aussi anti-confor­miste. L’ir­ré­sis­tible Serial Mother avec une Kath­leen Turner toujours prête à payer de sa personne, est un détour­ne­ment de l’Ameri­can way of life et de ses préten­dues valeurs morales vers ce à quoi elles conduisent : le meurtre de tout ce qui ne lui ressemble pas. Une bonne mère de famille catho­lique va tuer tout ce qui lui déplaît… avant d’être inno­cen­tée à son procès en reven­diquant d’être « normale, aussi normale que vous tous ». Autour de quatre films et une master-class, il nous reste plus qu’à faire sa fête à ce mauvais esprit qui s’est efforcé de toujours frisé le bon goût sans jamais y tomber. L.H.

10e édition du festi­val Ecrans mixtes

Rétros­pec­tive John Waters

Cecil B. Demen­ted (2000), avec Mela­nie Grif­fith. Jeudi 12 mars à 16h au Lumière Terreaux, Lyon 1er.

Polyes­ter (1981) avec Divine. Mercredi 11 mars à 18h30 au Comoe­dia, Lyon 7e.

Cry Baby (1990) avec Johnny Depp, Iggy Pop, Willem Dafoe… Mercredi 11 mars à 20h30 au Comoe­dia, Lyon 7e. Voir la bande-annonce << ici >>.

Serial Mother (1994) avec Kath­leen Turner… Jeudi 12 mars à 20h45 pour la séance de clôture au Pathé Belle­cour, Lyon 2, en présence de John Waters.

Master Class John Waters, animée par la réali­sa­trice Marie Losier. Jeudi 12 mars à 18h15 au Grand Amphi­théâtre de l’uni­ver­sité Lumière Lyon 2, campus Berges du Rhône, Lyon 7.

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Tous ses films parlent d'amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Transit, Christian Petzold mettait en scène sans prévenir un court récit de 1940 dans le monde d'aujourd'hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfugiés, persécution, Résistance) venaien...

Piano à Lyon rajeu­nit le clas­sique

Les bonnes nouvelles continuent d'affluer, côté musique classique. Après ses concerts impressionnants la saison passée, on a hâte de découvrir Nikolaj Szeps-Znaider à la tête de l'ONL à l'Auditorium, grand musicien venu avec un projet ambitieux pour Lyon et son orchestre. Le prog...

Fabrice Eboué : “Mon seul censeur, c’est le rire”

One man show. C'est notre humoriste préféré, fine lame qui n'oublie jamais de faire rire, même quand il s'agit d'être vachard. Après être venu rôder à Gerson, Fabrice Eboué revient par la grande porte de la Bourse du travail, pour son spectacle le plus abouti : Plus rien à perdre...