Sortir à Lyon

Luchini : « Plus j’avance, plus le travail m’illu­mine »

Culte. Il y a deux bonnes nouvelles avec Fabrice Luchini : vous pouvez d’ores et déjà le voir en Vod dans Alice et le Maire, le film de Nico­las Pari­ser tourné à Lyon ; et vous pour­rez le revoir sur la scène du Radiant-Belle­vue pour son spec­tacle Des écri­vains parlent d’argent, à la rentrée, si tout va bien… Deux belles occa­sions pour repu­blier, rema­nier, l’en­tre­tien exclu­sif qu’il nous avait accordé en septembre dernier. Érotisme, poli­tique, plai­sir du travail d’ac­teur, rencontre avec un grand monsieur toujours gour­mand et inat­tendu, qui ne doit jamais s’en­nuyer, même confiné.

Vous incar­nez le maire de Lyon assez dans Alice et le Maire. Mais le film m’a plus semblé vouloir être une réflexion philo­so­phique qu’un film d’ac­tua­lité poli­tique. Vous êtes-vous malgré tout inspiré de Gérard Collomb ou d’hommes poli­tiques en géné­ral pour jouer les scène publiques du maire ?

Fabrice Luchini : « Non, pas du tout. Tu as parfai­te­ment compris le film. Je me suis amusé à imiter Collomb pour les avant-premières, mais je n’en avais pas du tout besoin pour le film. Je n’ai d’ailleurs pas compris pourquoi il n’a pas voulu qu’on tourne à l’Hô­tel de Ville (les scènes de la mairie ont fina­le­ment été tour­nées à la Préfec­ture, ndlr). Il a peut-être cru qu’A­naïs Demous­tier jouait sa meuf ! (rires) Non, il y a deux école d’ac­teurs : l’Ac­tors studio à l’Amé­ri­caine qui est remarquable avec l’im­pré­gna­tion et la resti­tu­tion du réel, c’est De Niro, ce sont les géants. Et puis il y a la tradi­tion française qui est modes­te­ment la mienne, où le texte est la prio­rité, que ce soit Guitry, Pagnol, Clou­zot ou Rohmer. Le film de Pari­ser appar­tient évidem­ment à cette veine-là. Je ne m’ins­pire jamais du réel. On me met un costume, on me donne un texte, et c’est le metteur en scène qui dit : « tiens, ça ressemble à un homme poli­tique »…

C’est un dialogue entre deux soli­tudes qui renoncent au pouvoir, une réflexion poli­tique pour deux prome­neurs soli­tai­res…

J’achète ! (il checke).C’est exac­te­ment ça, ce sont deux beaux inadap­tés. C’est ce qui m’a touché. Il photo­gra­phie aussi ce moment où l’homme poli­tique réalise que le pouvoir le rend bête…C’est un film sur deux personnes qui ne trouvent pas ou plus leur place en poli­tique…

Vous qui n’êtes pas bien-pensant, qu’est-ce que ça vous a fait de tour­ner dans un film de gauche ?

C’est le para­doxe du comé­dien ! Je ne suis pas de gauche, c’est vrai. Mais je suis tout aussi sévère avec l’ar­ro­gance de classe immonde et la conne­rie des gens de droite du Cac 40 ! Les gagnants me dépriment autant que les perdants. Je me sens simple­ment plus proche des conser­va­teurs parce qu’au moins ils ne promettent rien et n’es­pèrent rien. Ce qui est terrible avec la gauche, c’est qu’elle très exal­tée dans ses propo­si­tions. J’ai un ami acteur qui me disait : « moi je vote toujours à droite, comme ça je ne suis jamais déçu ! ». Il y a une obses­sion du perdant à gauche et une mytho­lo­gie du gagnant à droite, mais aucun des deux ne m’in­té­ressent profon­dé­ment…

Vous êtes aussi au théâtre au Radiant à Caluire pour un spec­tacle sur l’argent. Comment l’avez-vous conçu ?

J’ai un programme  « strong » quand même : Zola, Marx au bout de six minutes, Péguy, Cioran, Hugo, La Fontaine, et j’ai même écrit un texte d’une ving­taine de minutes autour de la crise de 2008.  

Qu’est-ce qui fait qu’a­lors que vous pour­riez large­ment vous conten­ter de votre succès au cinéma, que vous ne pouvez pas vous passer de monter sur scène ?

Je suis fonda­men­ta­le­ment un homme de théâtre. Ce qui m’in­té­resse c’est d’être sur scène et de maîtri­ser un geste d’émo­tion. Ça provient de mon éduca­tion judéo-chré­tienne : je ne peux pas ne pas travailler, c’est-à-dire prendre de la peine, un peu souf­frir et ne pas être très heureux. Mon psychisme ne peut pas accep­ter d’avoir une vie de comé­dien de cinéma privi­lé­gié. Je suis un labo­rieux, je n’ai pas l’ap­ti­tude à la jouis­sance libre. Je n’ai pas l’ap­ti­tude à aller bien, il faut que je travaille. Céline, je l’ai joué près de 5000 fois. La première fois à Lyon, c’était aux Céles­tins, en 1994, mais je le jouais déjà depuis 1985. Me confron­ter à un texte, au mystère, à la diffi­culté ahuris­san­te… Comment on fait, quels sont les rythmes, quelles sont les couleurs ? Je travaille inlas­sa­ble­ment Péguy. Le seul esca­mo­tage que j’ai trouvé dans la vie c’est ce diver­tis­se­ment pasca­lien de servir ces génies où s’al­terne la force du verbe et ma soumis­sion à l’égard des grands auteurs. Si un mec va bien, il ne fait pas ce métier ! Mais ça va évidem­ment mieux en le faisant… Et plus j’avance, plus le travail m’illu­mine.

Vous avez souvent tourné à Lyon et dans la Région. La première fois c’était sans doute dans la séquence amou­reuse du Genou de Claire d’Eric Rohmer au bord du lac d’An­necy. Vous vous sentez toujours très proche de cet érotisme à la française très XVIIIe siècle ?

Complè­te­ment. Roland Barthes disait : « la jouis­sance est révo­lu­tion­naire et l’éro­tisme conser­va­teur ». Effec­ti­ve­ment, j’aime le plai­sir du texte plus que la violence de la révo­lu­tion. Là aussi, je suis plus conser­va­teur.

Vous appar­te­nez à cette grande tradi­tion française du théâtre mais vous êtes aussi capable de chan­ter du Johnny dans Tout ça pour ça tourné dans l’an­cien palais de justice de Lyon, ou de danser comme un malade sur du James Brown. C’est ce qui fait aussi votre rareté, ce cock­tail explo­sif entre le souci du texte et une folie qui lui échap­pe…

La soul music a été très impor­tante pour moi à l’ado­les­cence notam­ment. Vu que le physique n’était pas prodi­gieux, la musique et la danse me servait à séduire les femmes. Je n’étais pas trop mauvais danseur, mais je faisais déjà incons­ciem­ment mon métier d’ac­teur. J’al­lais dans des boîtes de black, qui sont évidem­ment supé­rieurs à nous pour la danse – c’est comme ça, c’est pas raciste de le dire. Ils dansaient pendant des heures sur James Brown, Arthur Picket, etc, on voyait vrai­ment des mecs extra­or­di­naires. Et bizar­re­ment je faisais mon métier : je m’im­pré­gnais et je resti­tuais ce que je voyais. Je pouvais m’im­pré­gner de leur mouve­ment, de leur rythme et donner l’illu­sion quej’a­vais autant le sens du rythme qu’eux. C’est ce qu’on appelle la déper­son­na­li­sa­tion en psycha­na­lyse, même si j’étais limité à la base. Mais c’était aussi un acte d’ac­teur : obser­va­tion, mimé­tisme et resti­tu­tion. Il n’y a pas d’ac­teur sans un sens du rythme : il y a de la musique dans les textes, même si, atten­tion, il ne faut pas faire de la musique sur les textes. Mais il n’y a pas de dicho­to­mie pour moi entre la musique, le texte et le corps. C’est la même chose.

Vous pour­riez tour­ner une comé­die musi­cale sur le funk par exemple ?

Abso­lu­ment, on me l’a proposé. On va peut-être la faire ! »


Propos recueillis par Luc Hernan­dez en septembre 2019

Photo : Susie Waroude

Alice et le Maire de Nico­las Pari­ser, co-produit par Auvergne Rhône-Alpes Cinéma, est actuel­le­ment dispo­nible en Vod sur la plupart des plate­formes, avec Anaïs Demous­tier, César (mérité) de la meilleure actrice 2020.

Fabrice Luchini, Des écri­vains parlent d’argent. Spec­tacle reporté en janvier 2021 au Radiant-Belle­vue à Caluire. De 30 à 65 €. radiant-belle­vue.fr

24 ans, toujours prolo…

Passé par la réalisation TV depuis 2015 et son Crazy Amy,, Judd Apatow a pris un recul qui lui fait un bien fou sur son cinéma, dépassant désormais les personnages d'inadaptés régressifs auxquels se limitaient un peu trop ses premiers films. Co-scénariste dans son propre rôle, Pe...

Dardenne éden

Ils ont révolutionné le cinéma à eux tous seuls : la caméra à l'épaule collée à la nuque de ses personnages, utilisée jusque dans le Elephant de Gus Van Sant, doit par exemple beaucoup à Rosetta (1999), Palme d'or qui sonnait comme une déflagration dans le cinéma contemporain. Il...

Ils tapent sur des bambous…

Ils tapent sur des bambous et ça leur va bien... Après avoir donné à entendre la musique classique autrement en inventant un répertoire pour percussions mélodiques, notre trio lyonnais de marimbas préféré (bon d'accord, il n'y en a pas bézef...), vient de publier son nouveau clip...

Pelly fait rapper Rossini !

C’est le plus verveux et le plus coquin des compositeurs classiques. L’Opéra de Lyon avait la bonne idée de confier à Laurent Pelly, le roi de la comédie lyrique, une nouvelle production d’un des plus joyeux joyaux de Rossini : Le Comte Ory, en français dans le texte. Libertinage...