Sortir à Lyon
Partager cet article :

Bon plan [chez soi] Cinéma

Roche­fort sans la mous­tache

Alerte rouge : Sympho­nie pour un massacre de Jacques Deray est diffusé ce lundi 27 avril à 20h55 sur France 5 !

Le saviez-vous ? Jean Roche­fort a débuté sans la mous­tache, en jouant les faux derches dans les polars des années 60. Il incarne même, impas­sible, un parfait salaud dans Sympho­nie pour un massacre, un des premiers films de Jacques Deray, futur réali­sa­teur de Borsa­lino et ancien vice-Président de l’Ins­ti­tut Lumière. C’est le polar du samedi soir parfait, dans un noir et blanc brillant avec la plus fine clique du cinéma français de l’époque : Charles Vanel, Michel Auclair et… Michèle Mercier, future Angé­lique ! Avec sa mine pati­bu­laire et son imper des mauvais jours, Roche­fort va arnaquer tout ce beau monde pour mieux récu­pé­rer le butin du coup qu’ils sont en train de monter. Après des dialogues aux petits oignons pour parler pâté au merle, il va faire croire qu’il séjourne à Bruxelles pour mieux accom­plir son forfait dans le train de nuit pour Lyon… avant de remon­ter dans son coupé cabrio­let garé devant la bras­se­rie Georges ! Cerise sur la gâteau, encore inconnu, c’est en mettant une mous­tache et une perruque postiches qu’il va accom­plir son meurtre, pour mieux passer inaperçu… Ce n’est que le début de cette sympho­nie baignée de la géniale musique de Michel Magne (Les Tontons flin­gueurs), idéale pour une soirée de confi­ne­ment sans enfants, d’au­tant que le film est désor­mais dispo­nible en copie restau­rée.

Sympho­nie pour un massacre de Jacques Deray avec Jean Roche­fort est diffusé lundi 27 avril à 20h55 sur France 5. Ou dispo­nible en Vod sur Canal pour 2,99 €, en copie restau­rée ici : https://www.canal­plus.com/cinema/sympho­nie-pour-un-massacre/h/9691583_40099

KV1 : Kaame­lott raconté par Astier

Votre film Kaamelott ne ressemble à rien de connu dans le cinéma français : un croisement original entre comédie populaire, film d’auteur et saga avec une grande ambition esthétique, pour l’image comme pour la musique… Alexandre Astier : “Au fond des choses, je ne vois pas ce ...

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...