Sortir à Lyon
Partager cet article :

Milos Forman, gent­le­man Lumiè­re


Lecture. On a une tendresse parti­cu­lière pour le deuxième prix Lumière, Milos Forman, en 2010, juste après Clint East­wood, et son parcours d’exilé aux Etats-Unis, gardant son humour et son esprit liber­taire, avant de pouvoir retour­ner en Tché­co­slo­vaquie tour­ner Amadeus. L’Ins­ti­tut Lumière a la bonne idée de publier gratui­te­ment sur son site un ensemble de textes de la revue Posi­tif autour des débuts et des films tchèques du réali­sa­teur, dont les comé­dies épatantes d’Au feu les pompiers (photo) ou Les Amours d’une blonde. On peut y lire aussi un entre­tien passion­nant du cinéaste par Michel Ciment, où l’on y retrouve son esprit rieur et sa soif de liberté. Forman y raconte notam­ment sa décou­verte des coulisses à l’ori­gine de son désir de deve­nir metteur en scène, grâce à son frère aîné déco­ra­teur de théâtre, qui l’em­me­nait se bala­der, alors qu’il avait à peine dix ans, au milieu des frou­frous, des danseuses et des séance de maquilla­ge… « La musique est très impor­tante dans mes films », ajoute la réali­sa­teur multi-osca­risé. Les mots, les dialogues s’adressent à votre intel­lect, la musique à votre cœur. » S’il fallait en choi­sir un, ce serait notre prix Lumière de cœur…

Dossier « Milos Forman, de Prague à Holly­wood » à lire gratui­te­ment << ici >>.

Le Dernier duel de Ridley Scott

Ridley Scott s’attèle au dernier duel connu en France entre Jacques Le Gris et Jean de Carrouges en 1386, le second accusant le premier d’avoir violé sa jeune épouse, suite au témoignage de celle-ci. Le matériau de départ est splendide, la maestria à reconstituer la France du Moy...

Est-ce la peine d’al­ler voir Eiffel ?

Si vous avez un jour rêvé d’une histoire d’amour sous la tour Eiffel, vous pouvez toujours tenter ce drôle de biopic qui reconstitue la préquelle de la tour la plus célèbre du monde... à partir d’un amour empêché en Gironde à la fin du XIXe siècle. Gustave aimait Adrienne (avec u...

On a vu le nouveau James Bond en 4DX

N’écoutez pas les oiseaux de mauvais augure qui ont dû souffrir de trop attendre ce 007, tourné il y a deux ans... Il y a tout dans le dernier James Bond : le prologue italien (au féminin) le plus long de la saga, un générique splendide dans les ruines romaines sous-marines, des ...