Sortir à Lyon
Partager cet article :

Une vie cachée : grand film pour héros ordi­naire

Cinéma d’au­teur. Après des derniers films déce­vants (Song to Song), Terrence Malick opère un retour aux sources de son cinéma en s’ins­pi­rant de la vie de Franz Jägerstät­ter, un paysan autri­chien qui refusa de prêter allé­geance à Hitler. Bien entendu, ici, il n’y a ni combats ni bombar­de­ments, le cinéaste reste fidèle à sa veine lyrique et contem­pla­tive, utili­sant comme pour The Tree of life les voix inté­rieures de ses person­nages pour filmer leur enga­ge­ment intime et l’hé­roïsme du quoti­dien, aussi bien du côté de Franz que de sa femme, qui doit conti­nuer de faire tour­ner seule la ferme fami­liale. Indi­vidu contre collec­tif, devoir contre amour des siens, bien contre mal… Malick revient pour la première fois depuis long­temps à une narra­tion chro­no­lo­gique. Les dialogues sont direc­te­ment inspi­rés de la philo­so­phie de Heideg­ger (dont Malick a été traduc­teur), comme un retour aux sources de sa doctrine origi­nelle avant les compro­mis­sions face au régime nazi, repré­senté ici par un Bruno Ganz magis­tral dans son dernier rôle au cinéma. La dernière partie assume son mysti­cisme, mais indis­so­ciable de la gran­deur morale, c’est surtout la beauté gran­diose des paysages qui fait toute la force du film, en même temps qu’elle nous donne instan­ta­né­ment envie de louer un chalet dans les Alpes autri­chiennes, histoire d’ou­blier nos deux mois de confi­ne­ment… Profi­tant de la magni­fique photo­gra­phie de Joerg Widmer, Malick filme comme personne les paysages roman­tiques d’Au­triche avec sa caméra sinueuse, glis­sant au plus près des sensa­tions, les mettant en paral­lèle de façon souve­raine avec les archives de la Seconde guerre mondiale. Ce n’est pas tous les jours qu’on découvre un point de vue origi­nal sur 39–45, ode à la déso­béis­sance et aux véri­tables servi­teurs de la Vie, pamphlet paci­fiste qui consti­tue un des film-somme de son auteur, et un de ses plus person­nels, jusqu’à la phrase finale de George Eliot, boule­ver­sante, qui donne son titre au film. Avec presque trois heures d’images on ne peut plus dépay­santes, Malick prend son temps, mais il le prend bien.

Une Vie cachée de Terrence Malick (Alle­magne, 2h53). Avec August Diehl, Vale­rie Pach­ner, Maria Simon… Dispo­nible sur Canal Vod et la plupart des plate­formes.

KV1 : Kaame­lott raconté par Astier

Votre film Kaamelott ne ressemble à rien de connu dans le cinéma français : un croisement original entre comédie populaire, film d’auteur et saga avec une grande ambition esthétique, pour l’image comme pour la musique… Alexandre Astier : “Au fond des choses, je ne vois pas ce ...

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...