Sortir à Lyon
Partager cet article :

Play : il est temps de revoir vos potes !

Comé­die. D’un point de vue formel, l’idée a de quoi être casse-gueule : 1h45 de faux rushs de la vie d’un grand adoles­cent qui a docu­menté sa vie des années 90 à aujourd’­hui, camé­scope au poing. Et pour­tant, pour peu qu’on accepte que les mauvais cadrages, le son qui saute et la quasi-absence de montage fassent parti de cette esthé­tique do it your­self, le charme de ce film régres­sif et origi­nal opère, surtout si on a été jeune (et moins jeune) dans les années 90. Installé dans votre canapé douillet, c’est parti pour une petite remon­tée nostal­gique dans le temps: grésille­ments du modem inter­net, Pixies et IAM en bande-son, Coupe du monde 98 et télé­phone fixe, on plonge la tête la première dans la dernière décen­nie du XXe siècle, avec, pour s’y croire encore plus, une star du petit écran de l’époque dans le rôle du père: un Alain Chabat rajeuni. Grâce aux décors et aux costumes presque chinés dans le garage de nos parents, et surtout au natu­rel des scènes, on a vite l’im­pres­sion que Max et ses amis ont fait partie de notre bande de potes, vécu les mêmes galères et fous rires. Et c’est la grande réus­site de ce Play: collec­ter des instants à priori insi­gni­fiants mais univer­sels qui parle­ront à toutes les géné­ra­tions, avec en prime l’an­goisse du temps qui file en arrière plan. Film doudou pour les uns, succes­sion de blagues potaches sans inté­rêt pour les autres, reste que ce feel good movie à la recherche du temps perdu vous donnera irré­sis­ti­ble­ment envie de revoir vos copains d’en­fance pour plon­ger dans vos souve­nirs et vous en créer de nouveaux. ça tombe bien, c’est le décon­fi­ne­ment. C.S.

Play d’An­thony Marciano (Fr, 1h45), avec Max Boublil, Alice Isaaz, Malik Zidi… Dispo­nible sur la plupart des plate­formes. Vous pouvez voir la bande-annonce << ici >>.

Dracula, un Coppola saignant sur Netflix

C'est un des grands films de Coppola, sous-estimée à sa sortie en 1992. Une grande fresque médiévale, baroque et sanguinolente fut moyennement goûtée à sa sortie, sous prétexte d’épouser la précarité d'effets spéciaux rudimentaires en trois couleurs, comme au temps de la Hammer.....

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

Comme un oiseau dans Confluences

Puisque qu’on peut s’entasser devant les panneaux publicitaires dans le métro mais toujours pas aller dans les musées selon la politique stupide du gouvernement, heureusement les musées viennent à nous, et celui des Confluences n’est jamais à court d’idées… Visite virtuelle à ...

Char­lie Chaplin au pas dansé

Ballet. La Maison de la danse vous accueillera dès la rentrée en petits groupes dans « La Maison des artistes », une façon de découvrir la création de l'intérieur et notamment le « Musée imaginaire de Mourad Merzouki ». Mais elle réouvrira surtout sa grande salle en novembre avec...