Sortir à Lyon
Partager cet article :

1917, la guerre au kilo­mètre

Block­bus­ter. C’est LA sortie événe­ment en Vod de la semaine : le film de Sam Mendes sorti en début d’an­née et… tourné en un seul plan ! 1917 suit en effet pendant 2 heures 2 soldats anglais dans les tran­chées de la Première guerre mondiale, messa­gers char­gés de préve­nir leurs frères armés en terri­toire ennemi du piège qui leur est tendu. La guerre en immer­sion et à hauteur d’hommes, en voilà une belle idée. Malheu­reu­se­ment, en sacri­fiant à son procédé de vouloir abso­lu­ment avoir l’air d’avoir tout tourné en un seul plan (même si on voit bien les fondus au noir qui servent de raccord), Sam Mendes tue une bonne partie de l’ef­fet de réalité qui devrait nous submer­ger. Pour ne pas perdre le fil, il finit par être obligé de tour­ner autour de ses person­nages encore plus qu’un Claude Lelou­ch… Le plan séquence au cinéma, c’est un peu comme écrire un chapitre ou un roman entier d’une seule phrase : même Marcel Proust n’y est jamais arrivé ! Alors toutes les 5 minutes, comme dans les parcs d’at­trac­tion, Mendès se sent obligé de faire entrer un nouveau gadget : un attaquant surgit, on tombe à l’eau, c’est la nuit et hop, nous voilà à décou­vert en plein champ, avant de tomber sur un bébé à sauver, parce qu’on est bien dans un film améri­cain… Le défi tech­nique tient effec­ti­ve­ment de la prouesse, mais pour dire quoi ? On finira malgré tout par l’ap­prendre à la fin, le temps d’une séquence épous­tou­flante en forme d’échap­pée belle au milieu des obus qui vaut à elle seule le coup d’oeil. Le film finit alors par refer­mer sa grande machine sur les desti­nées humaines, trop humaines de ceux qui n’en sont pas reve­nus (on ne vous dit pas tout), enfin émou­vant, dédié au grand-père de Sam Mendès, capo­ral pendant la Première guerre mondiale. Alors si vous avez assez d’es­prit de contra­dic­tion pour vous confi­ner dans les tran­chées de la guerre 14–18 la première semaine de décon­fi­ne­ment, pourquoi pas… L.H.

1917 de Sam Mendes (EU, 1h59) avec Dean Charles Chap­man, George McKay, Colin Firth, Bene­dict Cumber­batch (qui ne font que passer)… Dispo­nible sur la plupart des plate­formes à partir du 15 mai. Et la bande annonce tout de suite << ici >>.

KV1 : Kaame­lott raconté par Astier

Votre film Kaamelott ne ressemble à rien de connu dans le cinéma français : un croisement original entre comédie populaire, film d’auteur et saga avec une grande ambition esthétique, pour l’image comme pour la musique… Alexandre Astier : “Au fond des choses, je ne vois pas ce ...

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...