Sortir à Lyon
Partager cet article :

Judy : Oscar under the rain­bow

_DCE5096.NEF

Biopic. Icône échue de Holly­wood, pauvre fille dans laquelle tout le monde peut se recon­naître en rêvant d’avoir été connue quand même, Judy Garland est restée avant tout une enfant célèbre pour son rôle over the rain­bow dans Le Magi­cien d’Oz. Ce biopic en forme d’aé­ro­glis­seur vers les Oscars évite tout ce qui aurait pu faire la saveur du portrait : le mariage de Judy et ses tour­nages avec Vincente Minnelli, le plus grand réali­sa­teur de l’époque, malheu­reu­se­ment pour elle homo­sexuel, qui finira par en faire par rico­chet une icône gay. Ce serait donc ici plus l’his­toire de Ziggy que de Judy. Les numé­ros de Broad­way sont trop asep­ti­sés pour suffire de justi­fier un quel­conque inté­rêt à payer son ticket en salles. Et quant à la pétillante Renée Zell­weg­ger, elle trouve ici son pire rôle. Les lèvres botoxées dans ses verres d’al­cool conti­nuel­le­ment à la mai, elle a dû se trom­per d’étage au studio : elle ressemble plus à Sue Ellen qu’à Judy. Le Rain­bow flag en a pris un coup. 2 heures, c’est long, surtout quand il s’agit de ne jamais entre­voir l’arc-en-ciel. L.H.

Judy de Rupert Goold (EU, 1h58) avec Renée Zell­we­ger, Rufus Sewell, Jessie Buck­ley… Actuel­le­ment sur la plupart des plate­formes Vod. On vous épargne la bande-annon­ce…

Tori et Lokita, le nouveau film déce­vant des Dardenne

Il y a toujours de belles choses dans un film des frères Dardenne. Comme ici le premier gros plan sur Lokita (Joely Mbundu) ou Pablo Schils, gamin au vélo inoubliable alors que les réalisateurs belges reviennent au sujet de La Promesse : la famille et l’immigration. Comme toujour...

Dahmer, la snuff série gay la plus vue de Netflix

Tu m'étonnes que tout le monde regarde ! Voyeuriste, sordide, malaisant, mais aussi incroyablement bien interprété et mis en scène (même Gregg Araki a mis la main à la pâte pour un épisode !), Dahmer, monstre, L'Histoire de Jeffrey Dahmer, est un véritable phénomène... assez impr...