Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le Marra­kech du rire, le vrai !

Comé­die maro­caine. Les voitures françaises ne sont plus ce qu’elle étaient : la BX d’un voleur reste en rade en plein désert, l’obli­geant à enter­rer son butin sur place. 10 ans plus tard, sortant de prison, il revient sur les lieux mais tombe sur un mauso­lée d’un petit village construit entre temps l’em­pê­chant de retrou­ver la pros­pé­rité, tout un symbo­le… Il va décou­vrir la vie de la cité entre rumeurs, croyances et tradi­tion… De l’hu­mour par l’ab­surde, un style graphique, coloré et pince sans rire, pour son premier film, Alaa Eddine Aljem, venu du docu­men­taire, joue à merveille des atti­tudes, du timing et des déca­lages. Le coif­feur est un croi­se­ment entre Elie Kakou et Roberto Beni­gni et sert aussi d’ar­ra­cheur de dents, tandis que le méde­cin découvre les fausses malades du village (les hommes se soignant au mauso­lée), en leur donnant perpé­tuel­le­ment la même boîte de médi­ca­ment placé­bo… Sans le moindre anti­clé­ri­ca­lisme primaire, Aljem s’amuse de l’ab­sur­dité des croyances quand elles se contentent d’être colpor­tées comme des rumeurs à suivre. Une façon intel­li­gente et origi­nale de faire un portrait de la jeune société maro­caine dont il fait partie (un enfant est d’ailleurs accusé à tort ) , sans jamais se poser en donneur de leçons, regar­dant avec tendresse des tradi­tions au milieu desquelles il se sent désor­mais un peu perdu. Fable exis­ten­tielle ne se prenant jamais au sérieux, Le Miracle de Saint-Inconnu déjoue les tradi­tions par l’hu­mour de sa mise en scène, d’un baiser gluant d’es­car­gots sur fond d’opéra (sic!) jusqu’à une utili­sa­tion prémo­ni­toire prémo­ni­toire et du gel hydro­al­coo­lique ! Rien que pour ça, c’est le moment de décou­vrir un jeune cinéaste maro­cain promet­teur en vous amusant des croyances et des accou­tre­ments qui touchent tout autant notre société actuel­le… L.H.

Le Miracle de Saint-Inconnu d’Alaa Eddine Aljem (Mar, Fr, 1h40) avec Younes Bouab, Salah Ben Saleh, Ahmed Yarziz… Dispo­nible sur Canal Vod, Univers Ciné, Filmo Tv et Orange à 4,99 €.

Vous voulez un avant-goût ? Regar­dez la bande-annonce << ici >>.

Les Crimes du futur, un nouveau Cronen­berg décliné au passé

On est heureux de retrouver David Cronenberg. D'autant qu'avec Les Crimes du futur, il retrouve à peu près tous ses films précédents, des corps hybrides et monstrueux du Festin nu jusqu'aux expérimentations post-sexuelles encore plus poussées que dans Crash. "Le vieux sexe, ce n'...

Coupez ! Le film de zombies en plus de Michel Haza­na­vi­cius

Au départ, il y avait « Ne coupez pas », une très réjouissante comédie de zombies, fauchée et Japonaise, tournée avec trois bouts de scotch et de la peinture rouge. Michel Hazanavicius a repris le scénario tel quel, déjà fendard (à coups de hache), mais plutôt que d’en faire un s...