Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le Marra­kech du rire, le vrai !

Comé­die maro­caine. Les voitures françaises ne sont plus ce qu’elle étaient : la BX d’un voleur reste en rade en plein désert, l’obli­geant à enter­rer son butin sur place. 10 ans plus tard, sortant de prison, il revient sur les lieux mais tombe sur un mauso­lée d’un petit village construit entre temps l’em­pê­chant de retrou­ver la pros­pé­rité, tout un symbo­le… Il va décou­vrir la vie de la cité entre rumeurs, croyances et tradi­tion… De l’hu­mour par l’ab­surde, un style graphique, coloré et pince sans rire, pour son premier film, Alaa Eddine Aljem, venu du docu­men­taire, joue à merveille des atti­tudes, du timing et des déca­lages. Le coif­feur est un croi­se­ment entre Elie Kakou et Roberto Beni­gni et sert aussi d’ar­ra­cheur de dents, tandis que le méde­cin découvre les fausses malades du village (les hommes se soignant au mauso­lée), en leur donnant perpé­tuel­le­ment la même boîte de médi­ca­ment placé­bo… Sans le moindre anti­clé­ri­ca­lisme primaire, Aljem s’amuse de l’ab­sur­dité des croyances quand elles se contentent d’être colpor­tées comme des rumeurs à suivre. Une façon intel­li­gente et origi­nale de faire un portrait de la jeune société maro­caine dont il fait partie (un enfant est d’ailleurs accusé à tort ) , sans jamais se poser en donneur de leçons, regar­dant avec tendresse des tradi­tions au milieu desquelles il se sent désor­mais un peu perdu. Fable exis­ten­tielle ne se prenant jamais au sérieux, Le Miracle de Saint-Inconnu déjoue les tradi­tions par l’hu­mour de sa mise en scène, d’un baiser gluant d’es­car­gots sur fond d’opéra (sic!) jusqu’à une utili­sa­tion prémo­ni­toire prémo­ni­toire et du gel hydro­al­coo­lique ! Rien que pour ça, c’est le moment de décou­vrir un jeune cinéaste maro­cain promet­teur en vous amusant des croyances et des accou­tre­ments qui touchent tout autant notre société actuel­le… L.H.

Le Miracle de Saint-Inconnu d’Alaa Eddine Aljem (Mar, Fr, 1h40) avec Younes Bouab, Salah Ben Saleh, Ahmed Yarziz… Dispo­nible sur Canal Vod, Univers Ciné, Filmo Tv et Orange à 4,99 €.

Vous voulez un avant-goût ? Regar­dez la bande-annonce << ici >>.

Un beau matin, le plus beau rôle de Léa Seydoux

Retraçant comme souvent sa propre expérience, la réalisatrice du Père de mes enfants filme la vie de Sandra (Léa Seydoux), jeune mère célibataire qui, quand elle n'est pas occupée à transporter son père (Pascal Greggory) d'une maison de retraite à l'autre, passe son temps à éleve...

Tori et Lokita, le nouveau film déce­vant des Dardenne

Il y a toujours de belles choses dans un film des frères Dardenne. Comme ici le premier gros plan sur Lokita (Joely Mbundu) ou Pablo Schils, gamin au vélo inoubliable alors que les réalisateurs belges reviennent au sujet de La Promesse : la famille et l’immigration. Comme toujour...

Dahmer, la snuff série gay la plus vue de Netflix

Tu m'étonnes que tout le monde regarde ! Voyeuriste, sordide, malaisant, mais aussi incroyablement bien interprété et mis en scène (même Gregg Araki a mis la main à la pâte pour un épisode !), Dahmer, monstre, L'Histoire de Jeffrey Dahmer, est un véritable phénomène... assez impr...