Sortir à Lyon
Partager cet article :

Dark Waters : Todd Haynes entre deux eaux

Thriller écolo. On ne s’at­ten­dait pas à trou­ver Todd Haynes aux commandes d’un film dossier portant sur un scan­dale écolo­gique et sani­taire, un genre à la Erin Brocko­vich, forcé­ment tiré d’une histoire vraie, dont les Améri­cains raffolent. Si le réali­sa­teur de Carol s’était déjà inté­ressé dans sa jeunesse à l’éco­lo­gie avec Safe, c’était pour en tirer un film d’au­teur à l’es­thé­tique para­noïaque. Avec Dark Waters, le voilà plus proche du film de commande. C’est d’ailleurs l’ac­teur Mark Ruffalo (parfait dans le rôle prin­ci­pal) qui est venu le cher­cher pour porter à l’écran le combat réel de l’avo­cat Rob Bilott face à l’en­tre­prise DuPont, accu­sée d’em­poi­son­ner la nature et les habi­tant d’une petite ville des Etats-Unis en fabri­cant un composé chimique toxique, le téflon. Et voilà notre Todd Haynes qui se retrouve entre deux chaises, ou plutôt entre deux eaux. Dans un souci de vérité et de limpi­dité, il utilise tous les codes du thril­ler docu­menté : lumière hiver­nale pour bien coller avec les pratiques cyniques de l’in­dus­triel et inévi­tables plans enva­his de dossiers et de post-it… Pour­tant, il parvient à intro­duire des théma­tiques qui lui sont chères : nature inquié­tante, para­noïa ou encore condi­tion des femmes au foyer, le tout dans une mise en scène sobre et maîtri­sée. Mais si Dark Waters vaut le coup d’œil, malgré une seconde partie un peu longue, c’est avant tout pour son sujet d’in­té­rêt géné­ral. On y découvre les pratiques glaçantes d’une indus­trie chimique qui n’hé­site pas à sacri­fier ses employés à des fins expé­ri­men­tales et l’hu­ma­nité d’un avocat passé de la défense des indus­triels à celle des citoyens améri­cains de seconde zone. Vous ne regar­de­rez plus jamais une poêle en téflon de la même façon. C.S.

Dark Waters de Todd Haynes (E.U., 2h07). Avec Mark Ruffalo, Anne Hatha­way, Tim Robbins… Dispo­nible sur la plupart des plate­formes Vod à 4,99 €. Regar­dez la bande-annonce << ici >>.

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...

Petit pays de Gaël Faye sort en Vod

Adapter le best-seller est une gageure et les premières minutes de Petit Pays, qui sort aujourd'hui en Vod, nous ont fait un peu peur. Le réalisateur reste parfois un peu trop prisonnier des scènes du roman, comme celle du vélo, presque inutile dans son adaptation. Mais malgré un...

A dada sur mon traî­neau à Avoriaz

Familial, ludique, dépaysant… Le ski joëring est l’activité de glisse la plus originale pour continuer de profiter de la montagne à tous crins, même quand les remontées sont fermées. Le principe est simple : de la neige, des skis et un cheval attelé pour tracter les skieurs sur d...

Cinéma : 2021, année de tous les dangers

Avant la chute vertigineuse des entrées en 2020 (-70% en moyenne, Covid oblige), on avait laissé le marché lyonnais des salles de cinéma sur une bonne tendance : augmentation générale de près de 5%, avec un retour marqué vers les cinémas de proximité : en 2019, c'était une augmen...

Nouvelle gale­rie à la Croix-Rousse

C'est une galerie format mouchoir de poche, répondant au doux nom deLa taille de mon âme qui a ouvert début décembre place Bertone à la Croix-Rousse. En plus d’avoir eu le courage de lancer leur projet en pleine pandémie, Dominique et Guillaume Ducongé ont opté pour une ligne dir...

Beaux-arts et balade à Cham­béry

Il y a bien un musée qui est rouvert : celui de Chambéry, et vous pouvez en prime vous balader dans les jardins de la maison de Jean-Jacques Rousseau......