Sortir à Lyon
Partager cet article :

Dark Waters : Todd Haynes entre deux eaux

Thriller écolo. On ne s’at­ten­dait pas à trou­ver Todd Haynes aux commandes d’un film dossier portant sur un scan­dale écolo­gique et sani­taire, un genre à la Erin Brocko­vich, forcé­ment tiré d’une histoire vraie, dont les Améri­cains raffolent. Si le réali­sa­teur de Carol s’était déjà inté­ressé dans sa jeunesse à l’éco­lo­gie avec Safe, c’était pour en tirer un film d’au­teur à l’es­thé­tique para­noïaque. Avec Dark Waters, le voilà plus proche du film de commande. C’est d’ailleurs l’ac­teur Mark Ruffalo (parfait dans le rôle prin­ci­pal) qui est venu le cher­cher pour porter à l’écran le combat réel de l’avo­cat Rob Bilott face à l’en­tre­prise DuPont, accu­sée d’em­poi­son­ner la nature et les habi­tant d’une petite ville des Etats-Unis en fabri­cant un composé chimique toxique, le téflon. Et voilà notre Todd Haynes qui se retrouve entre deux chaises, ou plutôt entre deux eaux. Dans un souci de vérité et de limpi­dité, il utilise tous les codes du thril­ler docu­menté : lumière hiver­nale pour bien coller avec les pratiques cyniques de l’in­dus­triel et inévi­tables plans enva­his de dossiers et de post-it… Pour­tant, il parvient à intro­duire des théma­tiques qui lui sont chères : nature inquié­tante, para­noïa ou encore condi­tion des femmes au foyer, le tout dans une mise en scène sobre et maîtri­sée. Mais si Dark Waters vaut le coup d’œil, malgré une seconde partie un peu longue, c’est avant tout pour son sujet d’in­té­rêt géné­ral. On y découvre les pratiques glaçantes d’une indus­trie chimique qui n’hé­site pas à sacri­fier ses employés à des fins expé­ri­men­tales et l’hu­ma­nité d’un avocat passé de la défense des indus­triels à celle des citoyens améri­cains de seconde zone. Vous ne regar­de­rez plus jamais une poêle en téflon de la même façon. C.S.

Dark Waters de Todd Haynes (E.U., 2h07). Avec Mark Ruffalo, Anne Hatha­way, Tim Robbins… Dispo­nible sur la plupart des plate­formes Vod à 4,99 €. Regar­dez la bande-annonce << ici >>.

Vincent Lacoste et la jeune fille

Vincent Lacoste n’est pas seulement un acteur de comédie. Vous pouvez d’ailleurs voir actuellement Mes jours de gloire sur Canal +, joli premier film sur la dépression pour lequel on l’avait rencontré (lire l’entretien << ici >>). Avec Amanda, il trouvait son plus beau rôle drama...

Camille chante et danse à Four­vière

C’est LA chorégraphe sud-africaine qui a bousculé tous les codes du corps et des représentations du spectacle vivant depuis les années 2000, et ce, du hip-hop à l’opéra. Volontiers provocatrice mais toujours énergique, ludique et pleine de dérision, Robyn Orlin n’a jamais hésité ...

40 ans de Jazz à Vienne: c’est parti !

La voilà la bonne nouvelle, tombée le temps d'un Facebook live : "La configuration du Théâtre Antique de Vienne permet aujourd'hui à Jazz à Vienne d’envisager des concerts cet été." On vous avait déjà alléché en avant-première avec la plupart des noms de cette 40e édition et la n...

Quand Piccoli reve­nait à Lyon…

C'est un des plus beaux rôles de Piccoli vieillissant : celui d'un père revenant voir ses trois filles sans prévenir quinze plus tard, alors qu'il n'avait plus donner signe de vie... C'est Claude Mouriéras, l'actuel directeur de la Fabrique, l'école de cinéma des frères Lumière, ...

Bon plan [chez soi] Gym-Théâtre

Gym-théâtre à la maison Dans la vie confinée culturelle, il n'y a pas que des institutions qui mettent en ligne du virtuel. Il y aussi des lieux différents et pas pareils comme le Lavoir Public, bar-théâtre-salle de concert à la Berlinoise sur les pentes de la Croix-Rousse qui...