Sortir à Lyon
Partager cet article :

Canet, au nom de la terre

On comprend le succès qu’a eu en salles ce premier film auto­bio­gra­phique d’un fils de paysan relayant le drame qu’a vécu son père. L’al­ter­nance entre la beauté des paysages de Mayenne et la vie quoti­dienne d’une ferme fami­liale est croquée loin des clichés pari­siens habi­tuels quand il s’agit de rendre soluble le monde rural dans le cinéma rural, et sans le moindre misé­ra­bi­lisme. La présence de Veerle Baetens en femme au sang froid qui supporte autant ses sautes d’hu­meur que sa comp­ta­bi­lité, et d’An­thony Bajon en jeune fils alter ego du réali­sa­teur n’y sont pas pour rien. Mais c’est avant tout la descrip­tion du monde agri­cole qui convainct le plus, et son corol­laire déguisé en moder­nité : la spirale infer­nale qui oblige un agri­cul­teur à faire gros­sir son exploi­ta­tion jusqu’au suren­det­te­ment vs épui­se­ment.

Chauve qui peut la ferme.

Main­te­nant un bel équi­libre de savoir-faire durant la première heure, Edouard Bergeon a plus de mal à garder la juste distance quand il bascule dans le mélo, pour des raisons person­nelles évidentes, le film se termi­nant sur les archives de son véri­table pater­nel, expliquant du même coup la calvi­tie infli­gée à Canet tout le long du film. Les âmes sensibles devront éviter le drame fami­lial final avant d’al­ler se coucher. Au nom de la terre n’en reste pas moins du bon cinéma popu­laire, bien produit et bien réalisé, témoi­gnant d’une réalité agri­cole qui, depuis Petit Paysan, ne mérite que de prendre de plus en plus sa place sur grand écran.

Au nom de la terre d’Edouard Bergeon (Fr, 1h43) avec Guillaume Canet, Veerle Baetens, Anthony Bajon… Dispo­nible actuel­le­ment sur Canal Plus et la plupart des plate­formes en Vod. Regar­dez la bande-annonce << ici >>.

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...

Petit pays de Gaël Faye sort en Vod

Adapter le best-seller est une gageure et les premières minutes de Petit Pays, qui sort aujourd'hui en Vod, nous ont fait un peu peur. Le réalisateur reste parfois un peu trop prisonnier des scènes du roman, comme celle du vélo, presque inutile dans son adaptation. Mais malgré un...

A dada sur mon traî­neau à Avoriaz

Familial, ludique, dépaysant… Le ski joëring est l’activité de glisse la plus originale pour continuer de profiter de la montagne à tous crins, même quand les remontées sont fermées. Le principe est simple : de la neige, des skis et un cheval attelé pour tracter les skieurs sur d...

Cinéma : 2021, année de tous les dangers

Avant la chute vertigineuse des entrées en 2020 (-70% en moyenne, Covid oblige), on avait laissé le marché lyonnais des salles de cinéma sur une bonne tendance : augmentation générale de près de 5%, avec un retour marqué vers les cinémas de proximité : en 2019, c'était une augmen...

Nouvelle gale­rie à la Croix-Rousse

C'est une galerie format mouchoir de poche, répondant au doux nom deLa taille de mon âme qui a ouvert début décembre place Bertone à la Croix-Rousse. En plus d’avoir eu le courage de lancer leur projet en pleine pandémie, Dominique et Guillaume Ducongé ont opté pour une ligne dir...

Lais­sez brûler les p’tits papiers

Jamais à court de bonnes idées ni d’artistes à faire découvrir, la galerie 1111 rassemble ce mois-ci les travaux d’artistes qui travaillent avec le feu. Un médium peu commun, qui en plus de plonger certains dans des abîmes dissertatoires sur sa force à la fois destructrice et cré...

Nuits de Four­vière, cap sur 2021 !

Exit Mag et RCF Lyon s'associent pour soutenir les festivals tout l'été avec "Comme si on y était", l'émission radio hebdomadaire qui vous fait vivre tous les samedis à 17h30 les festivals en immersion, à travers celles et ceux qui les font. En attendant Jazz à Vienne, le printem...