Sortir à Lyon
Partager cet article :

Audiard au festi­val Lumière

Si la pers­pec­tive de la réou­ver­ture des ciné­mas en juillet se précise, la tenue de la 12e édition du festi­val Lumière du 10 au 18 octobre est désor­mais offi­cielle. A voir selon quelles moda­li­tés – notam­ment en ce qui concerne les séances géantes à la Halle Tony Garnier – mais l’es­sen­tiel sera bien là : des films proje­tés et présen­tés dans toutes les salles de l’ag­glo – une spéci­fi­cité du festi­val – dans un souci de proxi­mité pour le plai­sir de la curio­sité. Jacques et Stéphane Audiard vien­dront même fêter le cente­naire de leur pater­nel Michel, dialo­guiste de génie ayant traversé les géné­ra­tions et auquel l’Ins­ti­tut Lumière rendre aussi hommage à travers des publi­ca­tions. Last but not least, une rétros­pec­tive saluera aussi le cinéaste améri­cain Clarence Brown, plas­ti­cien du cinéma muet ayant fait briller le firma­ment des plus belles stars de Holly­wood : Greta Garbo, Joan Craw­ford ou Jean Harlow.

Nanni Moretti, prix Lumière ?

Reste LA ques­tion, qui pour­rait être réso­lue d’ici le 12 juin : qui pour ce 12e prix Lumière ? Si c’est une femme, Isabelle Huppert ou Natha­lie Baye pour­raient faire figure de favo­rites, les condi­tions sani­taires ne permet­tant pas a priori de miser sur des venues inter­na­tio­nales, comme par exemple Nicole Kidman. Mais puisque « ce n’est pas parce qu’on n’a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule », pour para­phra­ser Audiard, au jeu des pronos­tics on mise­rait bien sur… Nanni Moretti ! Soit un premier lauréat italien, à la veine sociale atten­tive au monde qui nous entoure, passeur du grand cinéma italien qui a toujours fait partie inté­grante de la program­ma­tion du festi­val Lumière, avec Alain Delon, Clau­dia Cardi­nale ou Sergio Leone. D’au­tant qu’il est plus facile de fran­chir les Alpes que l’At­lan­tique par les temps qui courent… Alors, 2020, année Nanni ? Vedre­mo…

12e festi­val Lumière, du 10 au 18 octobre dans les salles de cinéma de la Métro­pole.

KV1 : Kaame­lott raconté par Astier

Votre film Kaamelott ne ressemble à rien de connu dans le cinéma français : un croisement original entre comédie populaire, film d’auteur et saga avec une grande ambition esthétique, pour l’image comme pour la musique… Alexandre Astier : “Au fond des choses, je ne vois pas ce ...

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...