Sortir à Lyon
Partager cet article :

Pas sur la bouche

Portrait. Ce premier film prenant et étrange avait à peine eu le temps de sortir au cinéma avant le confi­ne­ment plané­taire. Swal­low fait partie des belles décou­vertes de la sélec­tion d’Exit qui valent le coup d’être rattra­pées en Vod. Soit une jeune femme bien sous tous rapports, se mettant à avaler toutes sors d’objets miné­raux ou impos­sibles à digé­rer à partir du moment où elle se retrouve enceinte, venant d’em­mé­na­ger avec le plus bel homme du monde (Austin Stowell, on a véri­fié : c’est vrai !), jeune PDG brillant qui la laisse un peu trop dans sa maison huppée et design de la banlieue de New York… Le point de départ est rela­ti­ve­ment connu : la face cachée de la vie domes­tique d’une jeune couple brillant dont les illu­sions donnent sur la cour. Ce qu’en fait Carlo Mira­bella-Davis est autre­ment plus origi­nal. Swal­low a beau avoir pour thème un trau­ma­tisme (qu’on se gardera bien de dévoi­ler), il n’est jamais malai­sant, n’abuse pas d’une certaine froi­deur mais sait distil­ler un véri­table mystère à travers le person­nage de Haley Bennett, actrice géniale au physique passe-partout qui ferait passer un état psycho­tique pour une situa­tion presque normale. Le scéna­rio, signé du réali­sa­teur, est son meilleur allié : cares­sant tous les clichés du genre sans jamais y tomber (frus­tra­tion et troubles sexuels, pater­na­lisme, vanité socia­le…), il finit par nous faire avaler ce qu’il y a de plus profond dans ce superbe portrait de femme, jusqu’à un face-face surprise final qui met des mots sur le pire des trau­ma­tismes avec la plus extrême douceur, pour mieux s’en déli­vrer… Un remarquable premier film.

Swal­low de Carlo Mira­bella-Davis (EU, 1h35) avec Haley Bennett, Austin Stowell, David Rasche, Eliza­beth Marvel… Dispo­nible sur la plupart des plate­formes Vod. Regar­dez la bande-annonce << ici >>.

KV1 : Kaame­lott raconté par Astier

Votre film Kaamelott ne ressemble à rien de connu dans le cinéma français : un croisement original entre comédie populaire, film d’auteur et saga avec une grande ambition esthétique, pour l’image comme pour la musique… Alexandre Astier : “Au fond des choses, je ne vois pas ce ...

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...